Mon enfant est diabétique : comment s’organiser avec la cantine scolaire ?

enfant diabétique cantine
Par Carrefour Assurance | 22 Décembre 2020

Laisser son enfant manger à la cantine est une étape importante pour chaque parent. D’autant plus quand l’alimentation requiert une attention toute particulière, à cause d’une allergie alimentaire, ou d’une maladie comme le diabète. Alors, comment s’organiser pour que son enfant diabétique puisse manger à la cantine sans angoisse ? Découvrez les démarches à entreprendre, et l’importance du projet d’accueil individualisé (PAI). 

Avant tout, comprendre le diabète chez l’enfant 

Le diabète est une maladie chronique auto-immune. Elle se caractérise par une absence de production d'insuline par le corps. Cela entraîne un excès de sucre dans le sang, appelé hyperglycémie. Le seul traitement est l’insuline par injection, qui permet aux cellules d’absorber le glucose (le sucre). Il existe le diabète de type 1 et le diabète de type 2.  

La majorité des enfants diabétiques sont atteints d’un diabète de type 1, appelé aussi insulino-dépendant. Cette forme de diabète survient quand l’organisme ne produit pas du tout d’insuline. Or cette hormone, fabriquée par le pancréas, permet de faire pénétrer le sucre dans les cellules. Cela diminue le taux de sucre, c’est-à-dire la glycémie, dans le sang. 

Quant au diabète de type 2, il est principalement dû à un état de résistance à l’insuline, et à un défaut de sécrétion de cette hormone, ce qui empêche la diminution de la glycémie. Il est provoqué par l’âge, le surpoids et l’hérédité, et atteint très rarement les enfants. 

 

Picto enfant courbe

 

Bon à savoir

Depuis 20 ans, le nombre de personnes diabétiques de type 1 progresse de 3 à 4 % par an. Cette pathologie apparaît de plus en plus chez les enfants de moins de 5 ans. Cette progression serait liée à certains facteurs environnementaux, associés à des facteurs génétiques et nutritionnels.


Étape 1 : communiquer avec le personnel enseignant 

À l’école, la communication entre les parents et le personnel enseignant est primordiale pour que l’accompagnement de l’enfant diabétique se passe dans de bonnes conditions. Il est donc préférable de prendre rendez-vous avec le directeur ou la directrice de l’établissement en début d’année, ainsi qu’avec l’enseignant de l’enfant. Ces rencontres permettront aux parents de donner la marche à suivre en cas d’hyperglycémie ou d’hypoglycémie. Dans le cas où il est nécessaire de faire des injections d’insuline à l’enfant pendant ses heures d’école, il faudra alors établir un protocole d’accueil individualisé (PAI). 

école

 

Étape 2 : mettre en place un projet d’accueil individualisé 

Il est conseillé, mais pas obligatoire, de mettre en place un projet d’accueil individualisé (PAI) si votre enfant est diabétique, ou lorsqu’il a une allergie alimentaire. Le PAI concerne les enfants et adolescents atteints de troubles de la santé. Il permet d’identifier les besoins d’un élève pendant tout le temps passé à l’école. Et, pour les différents intervenants, il précise les conduites à tenir en cas d’urgence.

Il est élaboré à la demande de la famille, en accord avec le directeur de l’école, et en concertation avec le médecin et l’infirmière de la collectivité d’accueil. Le médecin qui suit l’enfant précise les besoins thérapeutiques dans une ordonnance. Le PAI est valable de quelques jours à un an, et des modifications sont tout à fait possibles en cours d’année.

 

Qu’y a-t-il dans un PAI ? 

Enfants à la cantine

Le PAI est un document écrit rédigé à la demande de la famille, avec le directeur de l’établissement scolaire, en concertation avec la médecine scolaire. Une réunion est ensuite organisée avec la famille, le directeur de la collectivité et l’équipe éducative, ainsi que le médecin de l’établissement. Elle permet de préciser les modalités d’exécution, et de répondre aux interrogations de chacun.                                   

Dans ce PAI, il est important de détailler précisément les conditions des prises de repas, les interventions médicales, paramédicales, et les aménagements souhaités. Pour un enfant diabétique, on abordera par exemple la fréquence des contrôles de la glycémie, et les démarches pour les injections d'insuline. Dans le cas d’une inscription à la cantine scolaire, il faudra généralement mettre en place un projet d’accueil individualisé (PAI) spécifique « alimentation » qui viendra compléter le PAI.

Vous avez tout prévu pour aider votre enfant diabétique à l’école, mais avez-vous souscrit à une bonne assurance scolaire et extrascolaire ? Elle est indispensable pour protéger votre petit en toutes circonstances. 

Quels éléments du PAI concernent la cantine scolaire ? 

La partie du PAI qui concerne l’alimentation de l’enfant s’adresse au personnel qui intervient au moment des repas de l’enfant. Elle contient une information générale sur les aliments importants dans le diabète, la répartition journalière de l’enfant, des équivalences glucidiques simples, pour que le personnel puisse guider l’enfant dans ses choix. L’objectif est que l’enfant puisse être aidé à faire les meilleurs choix, tout en gagnant en autonomie. Un enfant atteint de diabète peut tout à fait manger à la cantine scolaire, sans régime particulier. Quelques petites adaptations suffisent.

 

Médecin

L’avis du médecin

“Un enfant diabétique doit pouvoir prendre ses repas de façon régulière, bénéficier d’apports en glucides réguliers (féculents, pain) pour maintenir une glycémie normale toute la journée, manger des légumes (crus ou cuits), car leurs fibres régulent l’absorption des glucides, et limiter sa consommation d’aliments très sucrés, à consommer de préférence en dessert du repas du midi. “

Dr Gotri


Dans certains cas, demander une AVSI 

Les familles dont l’enfant est porteur de handicap ou qui a des problèmes de santé très lourds en plus de son diabète peuvent faire une demande pour bénéficier d’un accompagnement par une auxiliaire de vie scolaire individuel (AVSI). Cette aide permet à l’enfant d’être autonome, et de s’intégrer en classe. Souvent, la présence de l’AVSI est transitoire pour faciliter l’acquisition de l’autonomie et l’intégration de l’élève au sein de la classe. 

Pour en faire la demande, les parents adressent une demande de reconnaissance de la situation de handicap auprès de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées). L’accompagnement par un auxiliaire de vie scolaire (AVSI) est un élément de compensation qui s’inscrit dans le cadre d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS). Selon la décision de l’équipe pluridisciplinaire de la MDPH, l’Éducation nationale met à disposition le personnel nécessaire, dans la mesure de ses moyens.

Un temps peut être préconisé pour des interventions dans la classe, en dehors des temps d’enseignement (interclasses, repas…), pour des participations aux sorties scolaires occasionnelles ou régulières.

Partager cet article
Assurance scolaire
Assurance Scolaire

Assurez votre enfant à l'école et pendant ses activités extra-scolaires. Souscription en ligne et attestation immédiate !

J'en profite !

Cela pourrait vous intéresser