Mon enfant est-il sourd ? Les signes à surveiller à tous les âges

enfant sourd
Par Carrefour Assurance | 08 Juillet 2021

La surdité chez un enfant n’est pas simple à déceler. Un diagnostic posé le plus tôt possible permet pourtant de mettre en place un accompagnement adapté. Voilà pourquoi, en tant que parent, il est important de surveiller certains symptômes. La prise en charge de l’enfant ainsi que sa scolarité dépendra ensuite de sa forme de surdité.

Quels sont les symptômes à surveiller ? 

Pour savoir si un enfant est sourd, il faut d’abord surveiller quelques symptômes qui diffèrent selon l’âge.
 
De la naissance aux 3 mois : 

  • Absence de réaction face aux bruits forts ;
  • Réactions vives au toucher et aux vibrations ; 
  • Sommeil imperturbable.

De 3 à 12 mois : 

  • Absence de vocalises et de babillages ; 
  • Absence de recherche de la source d’un bruit qui ne serait pas visible ;
  • Absence de réaction aux ordres simples ou à l’appel de son nom.

De 12 à 24 mois : 

  • Absence de mots ;
  • Communication exclusivement gestuelle ;
  • Émissions vocales non contrôlées.

De 2 à 3 ans :

  • Retard de langage ;
  • Trouble du comportement (agitation ou retrait).

À partir de 3 ans : 

  • Incompréhension des consignes ;
  • Retard de langage ;
  • Difficultés d’apprentissage ; 
  • Troubles de l’articulation ;
  • Communication gestuelle ;
  • Trouble du comportement (agitation, agressivité) ;
  • Sommeil imperturbable.

 

Quelles sont les différentes formes de surdité ? 

Il existe des surdités de transmission et des surdités de perception. On parle de surdité mixte lorsque ces deux types de surdité sont combinés. Explications.

 

Les deux types de surdité 

Les surdités de transmission sont les plus fréquentes. Elles sont dues à des atteintes de l’oreille moyenne et/ou externe. Ce type de surdité est souvent acquis dans la petite enfance suite à des otites sérieuses, une perforation du tympan ou à des malformations de l’oreille.

 

Bon à savoir

L’oreille est composée de trois parties : externe, moyenne et interne. L’oreille externe correspond à la partie visible et au conduit auditif externe fermé par le tympan. Dans l’oreille moyenne, le tympan est relié à une membrane. L’oreille interne assure enfin l’audition et l’équilibre du corps.


Les surdités de perception, quant à elles, sont dues à une atteinte de l’oreille interne. Elles peuvent être légères, moyennes, sévères ou profondes et apparaître lors d’une infection pendant la grossesse ou lors d’une pathologie à la naissance. Elles sont parfois génétiques

 

Les différents niveaux de surdité 

La surdité ou perte de l’acuité auditive provoque une incapacité à percevoir les sons. Elle se calcule en décibels de perte auditive. Il y a donc différents niveaux de surdité :

  • La surdité légère (perte de 20 à 40 dB) : l’enfant ne perçoit pas les sons aigus ;
  • La surdité moyenne (perte de 41 à 70 dB) : c’est le premier niveau de handicap majeur. L’enfant n’entend que les voix fortes ;
  • La surdité sévère (perte de 71 à 90 dB) : l’enfant a du mal à entendre les bruits forts, dans ce cas la gêne au quotidien est très importante ;
  • La surdité profonde (perte supérieure à 91 dB) : l’enfant n’entend pas ce qu’on lui dit, mais peut percevoir des sons très puissants ;
  • La déficience auditive totale : aucun son n’est perçu.

La surdité peut apparaître brusquement. Elle peut également s’aggraver et s’améliorer à certaines périodes de la vie. 

 

Quel est l’impact de la surdité sur la parole ? 

L’impact de la surdité sur la parole est variable. Il dépend d’abord du moment où l’enfant est devenu sourd, c’est-à-dire avant ou après l’acquisition du langage, vers 3 ans. Un enfant sourd parviendra parfois à mettre des mots sur des gestes simples, par imitations, mais l’acquisition de la structure grammaticale et syntaxique de la langue sera beaucoup plus compliquée.

L’impact de la surdité dépend aussi de sa profondeur. Les surdités légères et moyennes peuvent généralement permettre à l’enfant de comprendre la langue orale et d’apprendre à parler. Bien sûr, plus la déficience auditive est importante, moins l’enfant perçoit des sons, ce qui l’entrave dans son accès au langage oral. Les enfants dont la surdité est sévère utilisent soit une association de langue parlée, de lecture labiale avec la langue des signes, soit exclusivement la langue des signes. 

Enfants médecin

La précocité du diagnostic, ainsi que la stimulation de l’entourage de l’enfant jouent également un rôle important dans le développement du langage oral. En effet, si la surdité de l’enfant est diagnostiquée de manière précoce, un accompagnement adapté pourra être mis en place et favoriser l’apprentissage de la parole, si cela est possible. 

 

Comment faire un dépistage ? 

Le dépistage auditif du nouveau-né est systématiquement réalisé à la maternité, généralement au 3ᵉ jour de vie. Par la suite, la déficience auditive d’un enfant peut être perçue par les parents, par l’entourage ou pendant une visite médicale

Si vous pensez que votre enfant a des problèmes d’audition et/ou d’expression, parlez-en à votre médecin ou à votre pédiatre. Vous pourrez ensuite être orienté vers un médecin spécialiste de la surdité infantile. Ce dernier pourra faire des tests à votre enfant dans le but de poser un diagnostic auditif.

Il existe deux catégories de tests : les tests d’audiométrie subjective et ceux d’audiométrie objective

  • Les tests d’audiométrie subjective demandent la participation active de la personne testée. 
  • Les tests d’audiométrie objective mesurent quant à eux les réponses de l’organisme suite à des stimuli sonores. 

 

Quels sont les soins préconisés ? 

Plusieurs traitements sont possibles contre la surdité. Tout dépend de la situation de l’enfant et de son type de surdité. Il est parfois envisageable de faire une chirurgie du tympan. Dans le cas où la perte auditive est permanente et importante, un appareil auditif peut être envisagé. Si la surdité est très sévère, le médecin peut préconiser la pose d’un implant auditif.

Votre enfant porte un appareil auditif ? N’oubliez pas de souscrire à une assurance scolaire et extrascolaire, car un accident peut vite arriver. Dans le cas où votre enfant casserait sa prothèse auditive, Carrefour Assurance peut prendre en charge le matériel jusqu’à 500 euros.

La rééducation orthophonique est quant à elle indispensable à une bonne intégration sociale et scolaire. Elle permet à l’enfant de développer au maximum ses capacités de communication. Un soutien psychologique peut également permettre à l’enfant d’accepter son handicap et de bien le vivre au quotidien. 

 

Picto enfant sourd

 

Bon à savoir

Les associations de parents sont des lieux d’information et de soutien essentiels pour les parents d’enfants malentendants. L’Union Nationale des Associations de Parents d’Enfants Déficients Auditifs (UNAPEDA) en fait partie. N’hésitez pas à prendre contact avec eux pour obtenir tous types de renseignements concernant l’accompagnement des enfants sourds.


La scolarité d’un enfant sourd peut-elle être ordinaire ? 

La loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances donne le choix aux parents du mode de communication et du parcours scolaire de leur enfant sourd. Chaque élève sourd peut ainsi bénéficier d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS) qui définit ses besoins au sein de son école. 

Différents aménagements peuvent ensuite être mis en place pour favoriser la perception et la compréhension des cours. Par exemple, l’élève peut bénéficier de matériel pédagogique adapté comme un micro-cravate. Celui-ci est porté par l’enseignant et transmet un message sonore directement à la prothèse auditive de l’élève. Il peut aussi s’agir d’une aide humaine comme un interprète en langue des signes française (LSF) ou un codeur en langue française parlée complétée (LFPC) pour traduire le discours oral de l’enseignant. 

Les enfants sourds peuvent également intégrer si nécessaire une Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis). Ce dispositif au sein de l’école, du collège ou du lycée permet la scolarisation d’un petit groupe d’élèves présentant un handicap. Certaines sont spécialisées dans les troubles des fonctions auditives (TFA).

Enfin, la scolarisation des jeunes sourds ou malentendants peut s’effectuer dans un institut national de jeunes sourds (INJS). Ces établissements publics sont spécialisés et les élèves n’y côtoient pas de jeunes entendants. 

Partager cet article
Assurance scolaire
Assurance Scolaire

Assurez votre enfant à l'école et pendant ses activités extra-scolaires. Souscription en ligne et attestation immédiate !

J'en profite !

Cela pourrait vous intéresser