La méthode Fellom : comment rendre son enfant propre en trois jours

Par Carrefour Assurance | 20 Juillet 2020

Votre enfant va faire sa rentrée en maternelle, et vous commencez à paniquer parce qu’il n’est pas encore propre ? Pas de stress. Une institutrice, Julie Fellom, a mis au point une méthode qui promet de rendre votre enfant propre en trois jours. Comment ? En le laissant nu, en lui proposant systématiquement le pot, et en l’encourageant bruyamment ! Voici tout ce que vous devez savoir sur la méthode Fellom. 

La méthode Fellom, qu’est-ce que c’est ? 

L’apprentissage de la propreté est généralement une source de stress pour les parents, car savoir faire pipi aux toilettes est une des conditions pour que leur petit soit accepté à l’école maternelle. Or, chaque enfant apprend et évolue à son rythme… Il est donc difficile et culpabilisant d’exercer une pression sur votre bébé pour qu’il fasse ses besoins sur un pot et non dans sa couche. C’est ici que la méthode Fellom intervient : elle promet de rendre votre enfant propre en trois jours de manière simple. Elle a été mise au point par une institutrice américaine soucieuse de réduire sa consommation de couches, Julie Fellom, en 2006. Cette technique s’adresse aux enfants à partir de 15 mois, mais elle fonctionne mieux entre 18 et 28 mois. 

Enfant sur le pot

 

Comment ça marche ?

 

Jour 1 : la découverte de son corps et du pot 

- Disposez des pots dans votre maison (deux ou trois)

- Laissez votre enfant nu (sans couches, sans pantalon). Faites-le participer à son déshabillage : il doit comprendre qu’il n’a plus de couche. 

- Expliquez-lui le principe du pot. Quand vous-même allez aux toilettes, indiquez-lui qu’il doit faire pareil. 

- Donnez-lui à boire. Il faut qu’il ait envie d’uriner. 

- Dès que vous le voyez sur le point de faire ses besoins (il arrête son jeu, son visage se crispe), placez-le immédiatement sur le pot. Encouragez-le de manière théâtrale (avec de grands gestes). 

- Ne perdez pas patience, et ne le grondez pas. Il est normal qu’il n’y arrive pas au début. D’après Julia Fellom, il faut 12 tentatives sur le pot avant qu’un enfant se décide à y aller tout seul. Alors persévérez. 

Jour 2 : la sortie 

Pour le deuxième jour, appliquez la même méthode qu’au premier : laissez votre enfant nu, expliquez-lui qu’il n’a plus de couches et que, s’il a envie de faire ses besoins, il doit aller aux toilettes. Approchez-le du pot. Continuez ce que vous avez fait la veille : n’hésitez pas à vous répéter. La patience est une des clés de cette méthode. 
La partie inédite du deuxième jour réside dans la sortie ensemble. Partez avec votre enfant pour une petite promenade sans qu’il porte de couches. Mettez-lui un pantalon large ou une robe. Attendez qu’il ait fait ses besoins avant de sortir. Munissez-vous de changes propres (vous pourrez en avoir besoin), et allez faire un tour avec votre petit. Félicitez-le après votre déplacement en extérieur et, s’il y a eu un petit accident de pipi, ne le disputez pas !

Jour 3 : la consolidation  

Enfant en couche

Le jour 3 est un condensé des deux jours précédents :

  • vous laissez votre enfant nu chez vous
  • vous continuez à l’encourager pour qu’il aille vers son pot
  • vous faites une sortie (sans couche) le matin juste après qu’il ait fait ses besoins 
  • vous en faites une autre l’après-midi

 

Quels sont les avantages et les inconvénients de cette méthode ? 

 

Les avantages : simple et efficace 

D’après Julie Fellom, cette méthode est particulièrement efficace pour les enfants. L’apprentissage de la propreté est ainsi fait rapidement, sans récompenses comme des sucreries ni sanctions. Cela permet à l’enfant de vivre cette leçon de manière apaisée et à son rythme. Il est fier d’avoir appris “tout seul”. 

Les inconvénients : une méthode chronophage et mieux adaptée à l’été 

Cet apprentissage de la première règle d’hygiène pour votre enfant paraît rapide, mais elle est très prenante pour vous, parents. En effet, durant ces trois jours vous devez être entièrement disponible pour cette “formation”. Vous devez guetter votre enfant pour l’approcher du pot au premier signe, être prêt à le nettoyer encore et encore, dehors comme dedans, nuit et jour, etc. Le mieux est donc de se lancer dans cet apprentissage pendant que vous êtes en congé ou lors d’un week-end de trois jours. Enfin, un autre inconvénient : la nudité. Votre enfant, pour devenir propre, devant rester nu la plupart du temps, vous devez veiller à ce qu’il n’attrape pas froid. Éviter de commencer cet apprentissage en plein hiver, privilégiez l’été si c’est possible. 

 

Picto pot bambin

 

Bon à savoir 

Lors de l’apprentissage de la propreté de leur enfant, les parents ne savent pas toujours s’il vaut mieux utiliser un pot ou un réducteur de toilettes. En réalité, cela dépend des préférences du petit (certains aiment avoir les pieds au sol, d’autres préfèrent faire “comme maman”). L’idéal consiste donc à essayer les deux : vous verrez vite avec lequel il est plus à l’aise. 


Et si ça ne marche pas ?

La méthode Fellom pour rendre son enfant propre en trois jours est pratique et efficace, mais ce n’est pas une recette miracle. Si elle ne fonctionne pas en trois jours, ne vous découragez pas. Votre enfant a simplement besoin de plus de temps : il avance à son rythme

Un enfant est réellement propre quand il ressent le besoin d’aller aux toilettes, quand il est dérangé par la sensation d’humidité dans sa couche ou qu’il veut faire “comme les grands”. Généralement, cela se déclenche naturellement dans sa deuxième année. En attendant, ne perdez pas patience ! Continuez à lui proposer le pot, à lui expliquer. Félicitez-le bruyamment dès qu’il se rend sur son petit WC, même si c’est sans succès au début. Bientôt, votre enfant sera prêt pour sa première rentrée en maternelle

 

Rentrée en maternelle : soyez vous aussi prêt 

Votre enfant devient grand (et propre), il va en effet faire sa première rentrée ! Pensez à souscrire à une assurance scolaire et extrascolaire pour accompagner votre petit dans toutes ses activités. En cas de problème, qu’il en soit la cause ou la victime, il est couvert et vous êtes rassuré. 

Partager cet article
ASSURANCE SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE

A partir de 9,90 €/an, Carrefour Assurance couvre votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires.

Je découvre !

Cela pourrait vous intéresser