Mon enfant est timide : comment l’aider ?

Par Carrefour Assurance | 08 Juin 2020

Votre petit pleure à chaque fois qu’il est séparé de vous ? Il n’ose pas aller vers les autres ? Cette timidité n’est pas une fatalité, ni un problème en soi. Pour l’aider à surmonter sa peur des autres, vous devez éviter de le surprotéger, tout en le guidant vers les autres. Découvrez tous nos conseils pour vaincre la timidité de votre enfant.

Comprendre la timidité des enfants 

 

Ce n’est pas une maladie 

Vous trouvez votre petit trop timide ? Pas de panique : ce trait de caractère est tout à fait normal. Il n’y a généralement pas de quoi s’inquiéter. “La timidité n’est pas une mauvaise chose en soi : c’est une réponse tout à fait naturelle à la nouveauté”, explique au New York Times le docteur Koraly Pérez-Edgar, une psychologue spécialiste de ces questions. Face à un changement, une situation nouvelle, ou des personnes inconnues, de nombreux enfants ont ainsi le réflexe de s’accrocher à ce qui leur est plus familier, comme leurs parents. 

Enfants médecin

D’autant que, chez les enfants, ce phénomène peut être simplement passager. C’est leur façon de s’adapter à la nouveauté, et, en grandissant, ils peuvent devenir plus extravertis. Dans d’autres cas, ce tempérament peut faire partie de la personnalité de l’enfant, ce qui n’est pas alarmant : “Aujourd'hui, la timidité est perçue comme une contre-valeur : si on ne prend pas la parole en classe, si on est seulement attentif et observateur, cela ne suffit pas”, explique ainsi la psychologue Emmanuelle Rigon. Pourtant, ce comportement n’est pas forcément mauvais. Une étude américaine de 2008 démontrait même que les enfants introvertis étaient, en moyenne, davantage concentrés que les petits plus extravertis. 

 

Picto pédopsychiatre

Bon à savoir

Quand faut-il s’inquiéter ? Lorsque la timidité atteint les activités quotidiennes de votre enfant, et des situations connues. S’il n’ose plus jouer avec les autres enfants à l’école, ou s’il a mal au ventre avant d’aller retrouver ses camarades, vous devrez sans doute consulter un pédopsychiatre, afin de vérifier que tout va bien.


Les causes sont très variées 

Parmi, les principales causes qui peuvent expliquer la timidité d’un enfant, on retrouve :

- l’hérédité : il a simplement hérité de ce trait de caractère. Plusieurs études semblent indiquer que la timidité peut se transmettre dans les gènes, même s’il n’y a pas encore de consensus scientifique.

- l’imitation : il reproduit un comportement qu’il a observé chez ses proches.

- le manque d’interaction sociale ou le sentiment d’abandon : il n’a pas eu assez de contacts ou d’affection, ce qui peut le rendre anxieux face aux autres.

- le harcèlement scolaire : il peut subir une forme de harcèlement qui l’amène à se renfermer sur lui-même.

- la peur de l’échec : il a été poussé par ses parents à réussir à tout prix, dans ses activités extrascolaires, par exemple. Par crainte de rater ce qu’il entreprend, il devient timide et n’ose plus rien faire, ni dire.

 

Cela peut être le symptôme d’une autre pathologie 

Si la timidité n’est pas alarmante en soi, elle peut être le signe d’un mal plus profond. Chez certains tout-petits, elle peut traduire un retard du langage, un trouble de l’audition, voire une forme d’autisme. Rassurez-vous cependant, la majorité des enfants introvertis ne souffrent d’aucun de ces problèmes.

 

Accompagner votre petit 

Vous l’aurez compris : la timidité n’est pas une maladie honteuse. Toutefois, elle peut être difficile à vivre dans certaines situations où cela peut conduire à une forme d’anxiété face à de nouvelles personnes. Le rôle des parents est alors crucial pour aider l’enfant à vaincre sa timidité.

groupe d'enfants

 

Évitez de le surprotéger 

Le premier écueil à éviter pour les parents ? Surprotéger leur enfant. S’il a peur à l’idée de de s’intégrer dans un groupe d’enfants qu’il ne connaît pas, vous ne devez pas renoncer d’emblée. Lorsque vous acceptez cette anxiété, votre petit risque de croire qu’il a toutes les raisons de craindre les autres. Au contraire, prenez-le par la main, et dédramatisez la situation : expliquez-lui qu’il n’y a rien à craindre. Essayez un jeu de rôle très simple, en incarnant un enfant du groupe, et mimez un dialogue d’introduction, pour que votre petit comprenne qu’il n’y a aucun danger. C’est la nouveauté qui lui fait peur : en jouant la scène avant, vous aidez votre enfant à prendre confiance en lui.

Adopter le rythme de votre petit 

À l’opposé, si votre enfant a peur, ne le forcez pas à entrer dans une situation terrifiante pour lui. Lorsqu’il n’ose pas jouer avec un enfant inconnu, évitez de l’inciter trop fortement. Essayez plutôt d’y aller par étapes, à son propre rythme. Face à un nouveau camarade de jeu, laissez-le d’abord jouer dans son coin, introduisez les deux petits lors d’une deuxième rencontre, etc.

Aidez-le à développer ses talents

Pour renforcer sa confiance en lui, encouragez votre enfant à tenter de nouvelles activités, et à développer ses talents. Grâce à ses réussites quotidiennes, il apprendra peu à peu à ne plus avoir peur de la nouveauté.

Football

Encouragez-le dans ce qu’il entreprend 

Vous pouvez également aider votre enfant à aller vers les autres grâce à des petits jeux et des encouragements. Par exemple, préparez, avec lui, un appel téléphonique à un magasin pour connaître les horaires d’ouverture. Ensuite, laissez-le appeler tout seul, et, une fois qu’il a fini, félicitez-le d’avoir vaincu son appréhension et surmonter sa timidité. Ce petit jeu est parfait pour faire face à sa peur et l’aider à prendre confiance.

Guidez-le vers des moments de partage

Enfin, multipliez les occasions de partage au sein de la famille et en dehors. Des jeux de société avec ses cousins, des séances de jeux avec le petit voisin… autant d’occasions de vaincre sa timidité en y allant à son rythme. 

 

Une assurance pour le protéger où qu’il soit

Votre petit gagne peu à peu confiance en lui, et, bientôt, plus rien ne l’arrêtera. Dans ses activités extrascolaires, à l’école et en dehors, il lui faudra alors une bonne assurance scolaire et extrascolaire, en cas de pépin. Carrefour Assurance protège votre petit où qu’il soit !
 

Partager cet article
ASSURANCE SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE

A partir de 9,90 €/an, Carrefour Assurance couvre votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires.

Je découvre !

Cela pourrait vous intéresser