Apprentissage de la propreté : 10 conseils pour accompagner son enfant

Par Carrefour Assurance | 05 Mai 2020

Votre tout-petit est de plus en plus autonome ? C’est peut-être le moment de l’accompagner vers la propreté ! Cette période de chamboulements physiologiques et psychologiques peut-être compliquée pour votre enfant. En premier lieu, vous devrez repérer le moment où votre petit sera prêt : généralement autour de 2 ans. C’est à ce moment-là que vous avez votre rôle à jouer pour l’aider avec le pot et les vêtements notamment. Voici une liste des bons réflexes à avoir pour l’aider à devenir propre, sans stress.

Les bons réflexes à adopter 

Si l’apprentissage de la propreté chez l’enfant est une étape naturelle, il existe des moyens d’aider son développement en douceur et sans contraintes. Voici nos conseils sur la bonne attitude à adopter.

 

Repérez le bon moment 

Enfant sur le pot

Malgré une idée reçue, un enfant n’apprend pas à être propre. La propreté est une étape naturelle de son développement, qui peut intervenir à un âge variable. Avant 2 ans, il fait ses besoins sans y penser : sa vessie et ses sphincters fonctionnent encore de manière automatique. Vers 24 mois, au cours du développement de la motricité globale, il ressent mieux son corps, et prend conscience que sa vessie est pleine ou qu’il a besoin d’aller à la selle. La propreté pour l’enfant est donc l’aptitude à contrôler son corps pour se retenir avant d’aller sur le pot, cela ne s’apprend pas, mais s’acquiert avec le temps ! 

La psychologie joue également un grand rôle dans sa capacité à être autonome pour faire ses besoins. Les périodes de grands chamboulements comme la naissance d’un petit frère ou un déménagement sont moins propices pour amorcer l’apprentissage de la propreté, car il a moins de temps pour se concentrer sur ses changements corporels et ses ressentis physiques.

Installez le pot dans un endroit visible  

Pour éviter que votre tout-petit ne prenne peur de ce nouvel élément dans son environnement, présentez-lui le pot en douceur, en lui expliquant que, lorsqu'il se sentira prêt, il pourra commencer à s’en servir comme les grands. Pour qu’il associe cet objet à une routine, placez-le dans les toilettes près de la cuvette des adultes, ou dans la pièce où vous le changez. Le pot doit devenir un objet habituel de son quotidien, au même titre que les couches ! 

Laissez votre enfant se familiariser avec le pot  

Une fois le pot installé, laissez le temps à votre enfant de s’habituer à cet objet : incitez-le à s’asseoir dessus ou à y installer ses peluches, à le manipuler et le retourner dans tous les sens. Vous pouvez même lui proposer de décorer son pot avec des autocollants ou des gommettes, pour qu’il se l’approprie totalement. 

Picto bébé pot

Privilégiez des vêtements faciles à retirer 

Difficile de se sentir à l’aise pour aller sur le pot quand on porte beaucoup de vêtements : le temps de tout retirer, un accident est vite arrivé. Privilégiez donc des habits pratiques, comme les bodies à pression, les pantalons à élastiques, et évitez les collants trop serrés. La saison idéale pour commencer à aller sur le pot est l’été : votre tout-petit porte des vêtements plus légers ! 


Proposez-lui un calendrier de réussite 

Pour faire prendre conscience à votre enfant de l’importance de l’hygiène, et transformer l’utilisation du pot en moment ludique, n’hésitez pas à lui montrer que vous êtes fier de lui. Un calendrier de réussite, à remplir en famille, est un excellent outil pour lui montrer qu’il devient grand et peut en être fier. Chaque jour où votre enfant a réussi à aller sur le pot, proposez-lui de coller une jolie gommette, ou de faire un dessin sur un calendrier. Il gardera ainsi une trace de ses exploits, et aura envie de continuer sur la voie de l’apprentissage de la propreté ! 

 

Les mauvaises habitudes à éviter 

Apprendre les règles d’hygiène aux enfants est un long processus qui peut être éprouvant. Vous devez vous adapter au rythme de votre tout-petit, et redoubler de patience pour qu’il devienne propre. Voici quelques écueils à éviter, pour que cette période de transition s’effectue en toute sérénité. 

 

Insister pour que votre enfant reste sur le pot  

Même si votre enfant va sur le pot de lui-même, il se peut qu’il n’arrive pas à faire ses besoins. S’il ne se passe rien au bout de 10 minutes, n’insistez pas, et ne le forcez pas à rester assis : il pourrait vivre ce moment comme une contrainte, et cela risquerait de le freiner. 

Il se peut également qu’il reste assis trop longtemps, car il a peur que vous jetiez ses selles : à cet âge, il ne comprend pas encore qu’elles ne font pas partie de lui. Expliquez-lui bien qu’en tirant la chasse, vous ne faites pas disparaître une partie de son corps, et qu’il est important de s’en débarrasser pour des questions de propreté. Tirez la chasse ensemble pour désamorcer son angoisse ! 

Utiliser le pot comme une punition 

Le pot ne doit surtout pas être associé à une image négative ou à un événement traumatisant : c’est le meilleur moyen pour retarder son développement, et lui faire peur ! Au lieu de le forcer, ou de le menacer d’aller sur le pot quand il n’est pas sage, privilégiez les principes de l’éducation bienveillante, en l’écoutant et en répondant à ses interrogations. 

Choisir un pot encastré 

Bien que pratiques, les pots encastrés (c’est-à-dire insérés dans un fauteuil) sont moins efficaces pour apprendre à votre tout-petit à aller aux toilettes. En effet, il risque d’associer son pot à une chaise pour se reposer au calme. Pour faire comprendre à votre enfant que le pot est une étape intermédiaire jusqu’aux toilettes pour grand, privilégiez un petit pot classique, avec une ergonomie adaptée, sans dossier ni assise spéciale. 

Faire porter des couches à votre enfant jusqu’à ce qu’il soit parfaitement propre 

Enfant en couche

Votre enfant est confortable dans sa couche et elle le rassure, car il se sent proche de vous quand vous le changez. Malheureusement, il va devoir s’en séparer pour devenir parfaitement propre. Quand il commence à aller régulièrement sur le pot, et à verbaliser son envie d’aller aux toilettes, réduisez le nombre de couches la journée. En quelques semaines, il réussira à se retenir pour aller directement sur le pot, encouragé par vos compliments. En cas de fuite, ne le grondez pas, et ne le punissez pas : il risquerait de régresser. Expliquez-lui que ces petits accidents sont contrariants, mais qu’il va y arriver ! 

Lever votre enfant pendant la nuit pour qu’il aille sur le pot  

L’acquisition de la propreté la nuit arrive environ 6 mois à 1 an après la propreté de jour. Lorsque votre enfant dort, il n’est pas forcément encore assez mature pour se retenir de faire ses besoins. C’est pourquoi il est conseillé de lui remettre des couches la nuit. Réveiller votre enfant risquerait de le déboussoler et de créer une fatigue inutile. Il risque même de recommencer à avoir des accidents en journée. Observez ses couches le matin : s’il ne fait pas pipi durant la nuit plusieurs jours de suite, vous pouvez commencer une transition avec des culottes d’entraînement enfilables comme des sous-vêtements normaux et plus fines. Quelques semaines plus tard, retirez totalement les culottes. 

 

Pour protéger votre enfant, souscrivez à une assurance adaptée  

Bien grandir est un chemin semé d’embûches. Pour protéger votre enfant, et profiter des bons moments en toute sérénité, Carrefour Assurance vous propose une assurance scolaire et extrascolaire adaptée à vos besoins et à votre budget. 
 

Partager cet article
ASSURANCE SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE

A partir de 9,90 €/an, Carrefour Assurance couvre votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires.

Je découvre !

Cela pourrait vous intéresser