Quelles sont les conséquences du divorce sur les enfants ? 10 effets néfastes

Par Carrefour Assurance | 30 Janvier 2020

Lorsque les parents divorcent, les enfants sont aux premières loges. Cet événement, loin d’être anodin pour eux, peut entraîner de nombreuses conséquences négatives. Anxiété, stress, sentiment d’abandon, troubles comportementaux : découvrez comment la séparation parentale peut influencer le développement de votre enfant. 

Les conséquences à court terme 

L’éclatement familial est une épreuve compliquée à gérer pour les enfants. Suite au divorce, certaines conséquences peuvent être immédiates, tandis que d’autres se font ressentir sur le long terme. Dans les premiers mois qui suivent la séparation, de nombreux sentiments peuvent faire surface. 

 

Une source d’anxiété 

Dialogue enfant-parent

La séparation peut provoquer rapidement de l’anxiété chez les enfants, particulièrement chez les plus jeunes qui sont très dépendants des parents. Les petits sont de vraies éponges qui absorbent tous les sentiments négatifs observés dans leur entourage. Si les parents sont anxieux à l’occasion du divorce, les petits le seront aussi. À vous de les rassurer, et de vous montrer serein. Laissez vos problèmes de côté lorsque vous êtes avec eux, pour éviter de leur faire ressentir vos propres angoisses. 

Le divorce à l’origine d’un stress constant 

Les enfants croient souvent être la cause du divorce de leurs parents. Cette pensée peut alors être à l’origine d’une grande source de stress et de pression. Un sentiment de culpabilité peut les habiter. Là encore, vous pouvez intervenir pour les rassurer et leur expliquer qu’ils n’ont rien à voir avec votre décision. C’est important de bien leur faire comprendre que malgré la séparation votre amour pour eux reste intact.

La désillusion suite à la séparation parentale 

Lorsque les parents se séparent, la désillusion est un sentiment souvent ressenti. Les enfants idéalisent en effet la relation entre leurs parents et peuvent se sentir totalement désemparés quand ces derniers décident de divorcer. Cela remet en question leur schéma familial et toutes leurs habitudes au quotidien. La désillusion est encore plus forte lorsque les parents se déchirent et sont en conflit. L’idéal dans cette situation est de bien préserver votre enfant, en évitant les querelles devant lui. Faites votre maximum pour maintenir un climat apaisé en sa présence, pour lui montrer que le divorce peut aussi se dérouler dans de bonnes conditions. 

Des possibles sautes d’humeur 

On peut remarquer chez les enfants de divorcés une irritabilité récurrente, même avec leurs proches. La séparation peut entraîner des sautes d’humeur chez eux. Dans certains cas, ils se renferment sur eux-mêmes et refusent le dialogue, préférant rester seuls. Montrez à votre enfant que vous êtes là pour lui, et qu’il peut vous parler dès qu’il en ressent le besoin. Respectez aussi son silence dans un premier temps, et laissez-lui le temps d’encaisser cette nouvelle qui peut lui paraître soudaine.

Un sentiment d’abandon suite au divorce 

Après le divorce, l’un des deux parents quitte le foyer : une nouvelle situation difficile à accepter pour l’enfant. Ce départ est souvent perçu comme un abandon. Le petit doit alors apprendre à vivre loin de son père ou de sa mère, et à ne plus partager les moments du quotidien. C’est à vous de le rassurer à ce niveau, et de bien lui expliquer qu’il continuera à voir ses deux parents. Expliquez-lui que la personne de votre couple qui part sera toujours là pour lui malgré le divorce. 

Trois fois plus de risques de tomber malade dans cette situation 

Picto enfant au lit

Lors d’un divorce, les enfants souffrent moralement, mais leur santé peut aussi se retrouver mise à mal. Une étude réalisée aux États-Unis à l’université Carnegie Mellon met en évidence que les enfants de divorcés sont susceptibles de tomber malades plus souvent. Les expériences stressantes et angoissantes peuvent en effet avoir des conséquences néfastes sur la physiologie et sur les processus inflammatoires. En appliquant tous nos conseils évoqués plus haut, vous pourrez éviter à votre petit un stress trop important. 


Les répercussions sur le long terme 

Les conséquences du divorce parental ne se font pas attendre. Mais certaines apparaissent plus tard, et peuvent s’installer durablement. 

 

L’enfant peut développer des troubles comportementaux et sociaux 

Sur le long terme, le divorce peut être à l’origine de comportements violents et/ou turbulents de la part de l’enfant, ou d’une tendance à la rébellion. Ces troubles surviennent fréquemment lorsque le divorce a été une source de conflits et d’hostilités, avec l’enfant pris en otage au milieu. Il faut prendre le problème à la source, et faire en sorte que votre séparation se déroule dans les meilleures conditions. Gérez vos histoires entre adultes. Restez présent pour votre fils ou votre fille, et n’hésitez pas à lui proposer des rendez-vous avec un psychologue s’il ou elle a besoin de s’exprimer à ce sujet auprès d’une personne extérieure. 

La séparation des parents, source de problèmes sentimentaux 

Câlin parent enfant

Les enfants qui assistent à une séparation parentale risquent d’émettre de vrais doutes par rapport à l’amour. Ils peuvent alors refuser les relations ou l’engagement, par manque de confiance en eux. Après avoir subi le divorce de leurs parents, ils peuvent aussi avoir tendance à démarrer leurs propres histoires sentimentales avec un esprit négatif. Le meilleur moyen de les rassurer est de faire en sorte que votre séparation ne soit pas associée à quelque chose de négatif. Vous devez maintenir des rapports amiables sur le long terme avec votre ex conjoint-e, et rester tous les deux présents à tout moment pour votre petit. La communication sera essentielle. Vous pouvez aussi aider votre enfant à regagner confiance en lui, en l’encourageant notamment à verbaliser ses émotions.

Le divorce parental peut entraîner la dépression

Il est fréquent que cette situation rende les enfants tristes, et que ces derniers aient la sensation que plus rien ne va dans leur vie. Mais si la tristesse s’installe de manière durable, elle peut se transformer en véritable dépression. Malgré la séparation, il est essentiel de rester attentif à tous les symptômes (sautes d’humeur, stress, angoisse, perte d’appétit, fatigue intense…) pour agir au plus vite. Faites accompagner votre fils ou votre fille par un psychologue qui l’aidera à faire le tri dans toutes ses émotions, et à mieux accepter la situation. 

L’échec scolaire, une conséquence éventuelle 

Au cœur de cette situation conflictuelle, l’élève peut avoir du mal à se concentrer à l’école, et finir par se désintéresser de ses cours. Travailler à la maison et faire ses devoirs peuvent aussi se révéler compliqués lorsque les parents se querellent. 

Stress, anxiété, dépression, manque de confiance en soi : toutes ces conséquences directes du divorce, à plus ou moins long terme, peuvent ensuite entraîner un échec scolaire de l’enfant. Faites en sorte, en dépit du divorce, que votre enfant ait un lieu au calme pour travailler. N’hésitez pas à lui proposer votre aide pour ses devoirs. S’il rencontre des difficultés, l’intervention d’un professeur à domicile pour rattraper son retard, ou tout simplement reprendre confiance peut être judicieuse. 

 

Divorce : des réactions différentes selon les circonstances 

Il faut savoir que tous les enfants ne sont pas égaux face au divorce : chacun d’entre eux est susceptible de réagir différemment en fonction de son âge ou de son entourage. 

 

L’âge de l’enfant 

Selon son âge, l’enfant vit cette épreuve d’une manière différente.

- Chez un tout-petit (moins de 5 ans) : les très jeunes ne comprennent pas ce qu’est un divorce, mais ressentent que quelque chose ne va pas. Ils se rendent aussi compte de l’absence d’un des parents, sans pour autant en comprendre la raison. À ce stade, le sentiment d’abandon ressenti est très fort.

- Chez un enfant (5 à 8 ans) : à cet âge, le petit comprend le concept de divorce, et peut alors vivre un vrai deuil. Il peut s’en vouloir à lui-même, ou au contraire, être en colère après l’un des deux parents, voire les deux. Souvent, dans cette tranche d’âge, les fils ou filles de divorcés éprouvent des difficultés dans leurs rapports aux autres. 

- Chez un préadolescent (9 à 12 ans) : le préado éprouve souvent de la colère vis-à-vis de ses parents dans ce type de situation conflictuelle. Mais il est aussi capable de comprendre les différents points de vue, et peut parfois même prendre parti. 

- Chez un adolescent (de 12 à 16 ans) : l’ado est en âge de comprendre la séparation parentale. Moins dépendant de sa famille, il souffre moins de la situation. Cependant, c’est aussi à cet âge qu’il risque de remettre en cause ses futures relations.

Le soutien émotionnel 

Dans tous les cas, les enfants ont plus de chance de bien vivre la situation lorsqu’ils bénéficient d’un soutien de la part de leur entourage. Cela peut être le cas avec leurs frères et sœurs, principalement s’ils sont plus âgés. Ils peuvent aussi trouver refuge auprès des grands-parents, par exemple.

 

Une assurance dans les bons et les mauvais moments 

Chez Carrefour Assurance, nous sommes là à chaque étape de votre vie et de celle de votre famille. Grâce à notre assurance scolaire et extrascolaire, vos enfants sont protégés contre les petits incidents du quotidien, qu’ils soient chez vous, à l’école, ou encore en vacances. 
 

Partager cet article
ASSURANCE SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE

A partir de 9,90 €/an, Carrefour Assurance couvre votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires.

Je découvre !

Cela pourrait vous intéresser