Les quatre maladies les plus fréquentes du chat en automne et en hiver

Les changements de météo à partir de l’automne ne conviennent pas trop à votre chat et il risque ainsi quelques maladies et désagréments. Entre idées reçues et inattention, Carrefour Assurance revient sur l’essentiel de la prévention.

 

Le chat aussi peut attraper une grippe !

Le chat est un animal originaire des pays chauds. On retrouve en effet les premières traces de sa domestication en Egypte et au Proche Orient plusieurs milliers d’années avant J.C. En se répandant sous toutes les latitudes, pour notre plus grand bonheur, il s’est adapté aux différents climats (fourrure, morphologie…).  Malgré tout, votre félin préféré recherche toujours un coin douillet pour passer ses journées. Il n’est pas rare de le retrouver endormi sur un radiateur ! Alors même s’il ne sort pas, l’automne et l’hiver ne sont pas sans risque pour lui.

Le coryza est une maladie virale un peu équivalente à la grippe chez l’homme. Elle est très contagieuse entre les chats, sans qu’il y ait forcément de contact, les germes pouvant se trouver dans l’air après un éternuement. De plus, le coryza peut être mortel. En revanche ni les chiens ni les hommes n’ont à craindre de cette maladie.

Les symptômes principaux sont les éternuements mais aussi la fièvre, les écoulements des yeux et du nez, la fatigue, la déshydratation et parfois la perte d’appétit. Si ces symptômes apparaissent, une visite urgente chez le vétérinaire sera indispensable pour un traitement et des recommandations pour aider le chat à s’hydrater et à se nourrir pour reprendre des forces.

Pensez aux vaccins ! Il en existe un qui s’administre en deux injections à un mois d'intervalle, avec un rappel tous les ans. Les chatons peuvent être vaccinés dès l’âge de 9 semaines. C’est le moyen le plus efficace pour se prémunir de cette maladie qui peut avoir des effets sur le très long terme.

 

Les maladies bucco-dentaires, ces méconnues…

Après une contamination par le coryza, il n’est pas rare que le chat soit atteint de gingivo-stomatite. Il s’agit d’une maladie attaquant la bouche du chat et se traduisant par une inflammation des gencives, du pharynx, des saignements, voire des déchaussements de dents. D’autres virus et bactéries peuvent aussi être responsables de la gingivo-stomatite ce qui fait que la prévention n’est guère possible. La meilleure façon de protéger votre compagnon est de contrôler sa bouche fréquemment afin de pouvoir réagir au premier signe inquiétant.

 

Il est beaucoup plus difficile de brosser les dents d’un chat que d’un chien pour éliminer la plaque dentaire. Il existe certaines croquettes spécialement adaptées. 

 

Le chat atteint par une gingivo-stomatite a du mal à s’alimenter ce qui représente bien entendu un danger à court terme par dénutrition. Dans la plupart des cas il suffira de faire procéder rapidement par votre vétérinaire à un détartrage complet et à une observation suivie.

 

Alerte vigilance contre les puces !

Les puces se développent aussi en automne et en hiver ! On entend couramment dire que les puces ne représentent un risque pour les chats qu’au printemps et en été, or elles sont actives toute l’année grâce au confort de nos foyers chauffés.

Les œufs de puces tombés à terre, ou les larves, peuvent patienter des semaines avant de se transformer en puces adultes. Il leur suffit de bonnes conditions de température et d’humidité. Nos radiateurs et nos tapis deviennent donc en automne et en hiver des lieux rêvés pour les futures puces, alors même que vous ignorez leur présence ! A votre insu, quelques œufs peuvent s’introduire chez vous par vos chaussures ou les pattes du chien de la famille.

 

Même s’il ne sort pas, votre minet peut être envahi par les puces à cause d’œufs introduits dans le foyer ! Un seul moyen efficace, le traitement préventif.

 

Les puces peuvent être à l’origine d’allergies particulièrement douloureuses et désagréables pour le chat ou bien encore de la transmission de parasites internes comme le ténia par exemple, qu’il est difficile de déceler et de combattre.

Avant d’être débordé par une infestation par les puces, privilégiez une protection du chat toute l’année avec un produit antiparasitaire, prenez soin de faire le ménage très régulièrement, en n’oubliant pas les cachettes préférées des puces, et inspectez votre chat très souvent. Combattre des puces est toujours plus efficace si l’on s’y prend le plus tôt possible.

Si malgré tout vous subissez une invasion de puces (agréable pour aucun membre du foyer !), traitez votre (ou vos) petit(s) compagnon(s) avec des produits antiparasitaires qui sont en général préventifs et curatifs. Le nec plus ultra étant les produits qui détruisent les puces adultes et empêchent les œufs d’éclore ! Mais pensez aussi à traiter votre habitation et votre voiture avec des produits spécifiques pour l’environnement, car 95% des puces ou œufs ne se trouvent pas sur votre animal !

 

 

Le blues de la rentrée !

Vous n’aimez pas la rentrée ? Votre matou non plus ! Le chat peut en effet connaître des troubles comportementaux avec l’apparition des mauvaises conditions météo, des journées plus courtes, de l’inactivité. C’est particulièrement le cas pour les pauvres félins qui ont l’habitude de sortir en été et beaucoup moins en hiver. Certains vétérinaires parlent du « blues du chat » !

Pour éviter ces situations de stress et d’inactivité, il est bon de consacrer davantage de temps avec votre chat pour le stimuler physiquement et psychiquement, même si vous pensez qu’il est trop âgé. Faites-lui faire de l’exercice et des jeux adaptés : sauter après une balle, courir après une peluche, se percher sur son griffoir à plateforme, jouer à cache-cache…

Ces activités sont simples, peuvent se pratiquer en intérieur et constituer pour lui de vrais exutoires. De plus c’est l’idéal pour renforcer votre connivence avec votre chat !

 

Ne vous inquiétez pas, l’automne et l’hiver ne sont pas des saisons dangereuses pour votre petit compagnon préféré mais vous devez anticiper quelques gestes de prévention simple qui vous faciliteront la vie. En revanche vous pouvez souscrire à une offre Carrefour Assurance Santé Chien Chat pour faire face aux frais vétérinaires parfois élevés, en fonction de l’âge ou de la maladie prise en charge.

Partager cet article

En poursuivant votre navigation sur ce site, sans modifier le paramétrage de vos cookies, vous acceptez l'utilisation de cookies susceptibles de vous proposer des services, offres ou publicités adaptés à vos centres d'intérêts et de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus Ok