Mon enfant a du mal à s’adapter à l’école maternelle : que faire ?

La première rentrée scolaire d’un enfant représente un véritable bouleversement pour lui. Si, pour certains, cette transition se déroule sans encombre, elle peut se révéler plus problématique pour d’autres. Peur de la séparation, problèmes d’apprentissage, soucis de propreté : découvrez-en tant que parents comment aider votre petit écolier à franchir ce cap dans les meilleures conditions. 

L’angoisse de la séparation avec les parents 

Séparation rentrée scolaire

C’est un problème assez récurrent pour les petits : avoir du mal à se séparer de papa ou maman le matin. Tous les jours, c’est la même histoire ! Dès que vous vous apprêtez à le laisser à l’école, votre enfant fond en larmes, et vous ne savez pas comment éviter la crise. Pas de panique, en adoptant la bonne réaction, vous devriez régler la situation rapidement.

- Rassurez-le : votre enfant est angoissé et a besoin de réconfort. Écoutez-le et rassurez-le. Il a besoin de savoir qu’il est compris, et qu’il peut compter sur vous. Quand vous le laissez le matin à l’école, c’est important de lui annoncer qui va venir le chercher le soir, et à quelle heure. Cela lui permettra d’appréhender plus facilement sa journée. 

- Ne lui communiquez pas votre angoisse : vous aussi, vous êtes stressé à l’idée de laisser votre enfant à l’école. Ne le lui montrez surtout pas : il risque de ressentir votre stress et de s’angoisser à son tour.

- Laissez-lui un objet familier : pensez à mettre dans son cartable un doudou ou un petit objet pour lui rappeler la maison. 

 

Les problèmes d’apprentissage scolaire

Parfois, l’adaptation à l’école maternelle se déroule mal, car l’élève n’arrive pas à apprendre et peut s’isoler peu à peu. Dans ce cas, la maîtresse vous alerte et vous confie ses inquiétudes : c’est à vous de réagir pour éviter que la situation ne s’aggrave et ne se transforme en vraie phobie scolaire.

Votre enfant peut présenter du retard ou un désintérêt pour les activités pour plusieurs raisons : troubles dys (dyslexie, dyspraxie, etc.), problèmes d’audition, ou encore précocité.

  • Demandez un avis médical pour vérifier s’il s’agit d’un véritable trouble de l’apprentissage ou d’un état passager.
  • Pensez aussi à bien communiquer avec le corps enseignant : si votre fils ou votre fille a des difficultés de concentration au sein de la classe, il y a peut-être la possibilité d’assurer un suivi en petit groupe ou d’apporter une aide personnalisée aux élèves qui ont du retard dans leur apprentissage.

 

Régler les soucis de comportement 

En arrivant à l’école, l’enfant est propulsé dans un monde inconnu, et doit s’adapter à de nombreux changements. Certains élèves peuvent exprimer leurs émotions par des comportements violents et se montrer agressifs avec leurs camarades. Là encore, il est essentiel d’intervenir rapidement pour éviter qu’une telle situation ne s’installe durablement. 

  • Identifiez la cause de son mauvais comportement : il est important de communiquer avec votre enfant pour comprendre l’origine de son agressivité. Un récent événement l’a peut-être chamboulé, ou bien une situation en classe le contrarie : apprenez-lui à mettre des mots sur sa colère.
  • Parlez avec le corps enseignant : votre enfant subit peut-être un mauvais traitement de la part de ses camarades qui l’incite à répondre de manière agressive.
  • Expliquez-lui les règles à suivre : votre fils ou votre fille a peut-être du mal à suivre toutes les règles imposées par l’école. C’est à vous de lui apprendre leur importance ! Pour que votre enfant obéisse naturellement en classe, c’est essentiel qu’il ait aussi un cadre à la maison.
Picto enfant hyperactif

 

Le conseil en +

Votre enfant est turbulent à l’école, mais montre aussi les mêmes signes en dehors, lorsqu’il est à la maison ? Cela peut être un signe de trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité : consultez un médecin pour aborder le sujet avec lui.

 


Assurer la propreté de l’enfant 

Votre enfant entre à l’école lorsqu’il est propre, mais vous n’êtes jamais à l’abri d’un petit incident, pendant la sieste par exemple. Votre fils ou votre fille peut aussi régresser au niveau de la propreté, suite au choc de cette nouvelle situation. Avec l’aide des enseignants, vous pouvez solutionner ce problème d’hygiène.

  • Demandez aux adultes de l’école d’amener régulièrement votre enfant aux toilettes.
  • Gardez-le l’après-midi à la maison si vous le pouvez, pour qu’il fasse la sieste chez vous.
  • Dans le cas contraire, proposez aux enseignants la solution de la couche au moins pendant la sieste (couche qui s’enfile par exemple, pour le côté pratique).
  • Prévoyez toujours en cas d’accident des couches et des vêtements de rechange dans son sac.
  • Le soir à la maison, discutez avec votre enfant sans le gronder, pour en savoir plus sur ses petits accidents. Est-ce parce qu’il n’a pas osé demander à un adulte d’aller aux toilettes ? Peut-être a-t-il peur d’y aller tout seul ? Les accidents se manifestent-ils pendant la sieste, lorsque votre enfant ne s’en rend pas compte ? Posez-lui les bonnes questions pour bien comprendre les origines du problème.

 

Les difficultés de sommeil 

Enfant couché

Dès qu’il entre en maternelle, le rythme de votre enfant est bouleversé. Désormais, il doit se lever tous les jours à des heures fixes, et le respect de son cycle de sommeil est essentiel. À l’âge de trois ans, un petit a besoin de dormir 12 à 14 heures par jour. En général, cela se décompose en une nuit de 11 à 12 heures et une sieste de 2 heures en moyenne.

Pour l’aider à dormir suffisamment, instaurez un rituel avec des horaires fixes de coucher et de lever plusieurs semaines avant la rentrée. Les premières semaines à l’école, si vous le pouvez, laissez-le seulement le matin, et récupérez-le l’après-midi pour qu’il puisse faire la sieste tranquillement à la maison. Enfin, soyez attentif à tous les signes de fatigue (irritabilité, nervosité, pleurs…) pour adapter son temps de sommeil : il est possible que votre enfant ait besoin de dormir plus que la moyenne.

 

Accompagner son enfant dans sa socialisation 

En garderie ou en crèche, les enfants en bas âge ont déjà eu l’opportunité de commencer leur socialisation, mais qu’en est-il des autres ? Si vous avez gardé votre petit jusqu’à ses trois ans, ou s’il était chez une nounou en petit comité, l’école maternelle et la vie en collectivité seront pour lui un passage important, mais pas toujours évident. De votre côté, vous pouvez préparer votre enfant à cette nouvelle étape en lui faisant côtoyer d’autres petits (au parc, chez des amis…). Il est essentiel qu’il apprenne à interagir avec des enfants de différents âges pour trouver sa place facilement et rapidement.

 

Dès tout(e) petit(e), votre fils ou votre fille doit accepter de prêter ses jouets, c’est un premier pas pour s’ouvrir aux autres. Inculquez-lui le goût de l’entraide et du compromis. Enfin, vous pouvez aussi lui proposer d’inviter des petits copains à la maison pour le goûter, pour continuer sa socialisation, même en dehors de l’école. 

 

Assurer son enfant pour le protéger des incidents du quotidien 

Qu’il soit avec vous ou à l’école, votre enfant a besoin d’une protection adaptée pour le couvrir au cours de ses nombreuses activités quotidiennes. Chez Carrefour Assurance, nous vous proposons une formule assurance scolaire et extrascolaire pour vous aider à garder l’esprit serein n’importe où, n’importe quand.

Partager cet article
ASSURANCE DES APPAREILS NOMADES

Protégez les smartphones, ordinateurs portables, appareils photo, les consoles de jeux portables... de votre foyer en un seul contrat contre le vol, la casse et l'oxydation pour 12,90€/mois

Je découvre !
Assurance scolaire
Assurance Scolaire

Assurez votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires en quelques clics et à petit prix !

En savoir plus