Que faire si votre enfant se drogue et boit ?

Par Carrefour Assurance | 05 Octobre 2020

Vous suspectez que votre enfant consomme de la drogue ? Cette situation est synonyme d’angoisse pour vous : découvrez tous nos conseils pour rétablir un dialogue apaisé avec votre adolescent, réduire sa consommation à travers le renforcement positif, et vous faire aider par un spécialiste en addictologie. 

La bonne attitude à adopter 

 

Instaurer une relation de confiance

En tant que parent inquiet face à un enfant qui boit ou se drogue, votre première réaction sera sans doute de vous mettre en colère et d’être angoissé. Avant d’en parler avec lui, prenez le temps de faire le vide et de réfléchir à votre discours, par exemple en écrivant votre ressenti dans une lettre. Afin d’établir une relation de confiance, vous devrez avoir une discussion apaisée. Pour entamer la discussion, expliquez-lui bien que votre amour pour lui n’a pas changé, que vous êtes là pour comprendre la cause de son addiction, et que vous vous inquiétez pour sa santé

Parent et adolescent

Gardez à l’esprit que prendre de la drogue ou boire de l’alcool est souvent synonyme de mal-être et de honte pour votre ado. Il est peut-être également pris dans un engrenage dont il n’arrive pas à se sortir. La bienveillance, l’écoute et le changement de la dynamique familiale sont les clés de la réussite : proposez de nombreuses activités en famille, restez à l’écoute de ses besoins, et montrez à votre adolescent qu’il est capable de s’en sortir. 

Évaluez bien la situation 

Savoir si votre enfant se drogue est très difficile. Néanmoins, si vos suspicions deviennent de plus en plus fortes, ou que vous le prenez sur le fait (par exemple, en retrouvant un joint dans la poubelle, ou des bouteilles d’alcool vides dans sa chambre), vous allez devoir estimer sa consommation. Voici les questions importantes à poser pour pouvoir l’aider, même s’il ne vous répond pas tout de suite :  

  • Quels produits stupéfiants consomme-t-il ? 
  • À quelle fréquence ? 
  • Consomme-t-il des drogues avec un groupe d’amis, ou seul ? 
  • S’agit-il d’une consommation récréative peu régulière, ou d’une réelle dépendance ? 
  • Pour quelle raison a-t-il besoin de consommer des substances nocives ? 

Vous pouvez également vous renseigner auprès de ses proches et de ses enseignants pour comprendre si son comportement a changé ou non : bien souvent, la perte d’appétit, l’isolement social et les mauvais résultats scolaires sont des signes à surveiller pour savoir si votre enfant se drogue. 

 

Picto discussion adultes

Bon à savoir 

Pour aider votre enfant, et le soutenir vers la voie de la guérison, vous devez être patient. Ne vous isolez pas, et n’hésitez pas à parler de votre problème à des proches compréhensifs ou à des amis : plus votre famille sera entourée, et plus vous pourrez affronter ensemble cette épreuve de manière efficace. 


Prenez des mesures pour l’aider à évoluer  

Une fois le dialogue rétabli, si vous constatez qu’il n’y pas encore de dépendance, vous devrez fixer de nouvelles règles à la maison pour amorcer un changement de comportement. Le meilleur moyen de responsabiliser votre adolescent est de l’inciter à fixer ces règles avec vous, en lui montrant que vous lui faites confiance : 

- Interdisez toute présence de drogue (même d’alcool) à votre domicile, et n’hésitez pas à montrer l’exemple : si votre enfant boit trop, réduisez votre propre consommation en n’achetant plus de vin ou de bière par exemple. 

- Contrôlez mieux ses dépenses et les sorties d’argent : fixez ensemble un budget, pour éviter que son argent de poche ne serve à acheter des substances psychotropes ou de l’alcool. 

- Fixez ensemble des objectifs indépendants de son addiction pour l’aider à se motiver, par exemple en vous inscrivant ensemble à une activité sportive, ou en décidant de mettre de l’argent de côté pour un voyage. Les petites victoires l’aideront à reprendre confiance en lui, et à s’ouvrir au monde.

 

Les erreurs à éviter

 

Ne culpabilisez pas votre adolescent 

Il culpabilise sans doute déjà beaucoup ! Le chantage affectif, les menaces ou les insultes renforceront sa mauvaise estime de lui-même, et le mal-être à l’origine de sa dépendance. Privilégiez les techniques de renforcement positif, comme les félicitations ou les récompenses. Sauf cas grave de dysfonctionnement familial, votre adolescent vous aime, et votre avis compte beaucoup pour lui, même s’il ne sait pas l’exprimer. 

adolescente stressée

N’adoptez pas un comportement oppressant 

En consommant des substances illicites dans votre dos, votre enfant vous a menti. Vous serez donc tenté de surveiller ses moindres faits et gestes, voire de lui interdire totalement de sortir seul. Cette situation oppressante risque d’augmenter son stress, et de l’éloigner encore plus de vous. Plutôt que de l’espionner, ou de l’empêcher de respirer et d’aller voir ses amis (dont le soutien est nécessaire pour avancer vers la guérison), agissez de manière ouverte, sans dissimulation, et punissez-le seulement s’il trahit votre confiance, ou s’il ne respecte pas les nouvelles règles. 

Ne cédez pas par peur de le perdre 

De nombreux parents n’osent pas intervenir, ou autorisent la consommation de leur enfant pour se rapprocher de lui. Gardez à l’esprit qu’en cédant à ses mauvaises habitudes, vous le mettez en danger ! Privilégiez un débat constructif, même si vous êtes en désaccord, plutôt qu’un comportement trop maternant. 

 

Quand devez-vous consulter un spécialiste ?  

Dans la majorité des cas, la consommation de stupéfiants à l’adolescence tient de l’effet de mode et de l’exploration des limites : si votre enfant consomme du cannabis ou de l’alcool de manière sporadique, privilégiez le dialogue et la pédagogie, plutôt qu’une intervention drastique. En revanche, si votre adolescent a de gros problèmes physiologiques (amaigrissement, anémie, asthme, arythmie cardiaque) ou comportementaux, il sera nécessaire de vous faire aider par des spécialistes pour le soigner : 

adolescent chez psychologue

- en consultant des permanences téléphoniques et des sites internet comme Tabac Info Service, ou Drogue Info Service,

- en prenant rendez-vous avec un centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA),

- en vous faisant accompagner par votre médecin traitant, un psychologue spécialiste des adolescents, ou un addictologue.

Le combat contre la dépendance est un processus long et compliqué, qui peut parfois prendre plusieurs années : ne perdez jamais espoir, et ayez confiance en votre adolescent. 

 

Pour en savoir plus sur la santé de votre enfant  

La protection de votre enfant est votre priorité. Carrefour Assurance vous accompagne grâce à de nombreux conseils et informations sur la santé de votre enfant

Partager cet article
ASSURANCE SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE

15€ par an et par enfant, Carrefour Assurance couvre votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires.

Je découvre !

Cela pourrait vous intéresser