Enfant qui ment : le pourquoi des mensonges

Par Carrefour Assurance | 27 Août 2020

Certains jeunes enfants aiment bien s’inventer des histoires et ils n’hésitent pas à raconter de petits mensonges. Chez les plus grands, les mensonges peuvent avoir un but précis : attirer l’attention, cacher quelques chose de désagréable, ou éviter une punition. Comment réagir face à un enfant qui ment et que signifient ces travestissements de la réalité ? Faisons le point sur le sens caché des mensonges enfantins. 

Pour quelles raisons un enfant est-il adepte du mensonge ? 

 

Par peur de la punition  

Discussion parent enfant

C’est ce qui pourrait s’appeler le mensonge “utilitaire”. Votre enfant n’a pas fait ses devoirs, il a été puni par son professeur et il a peur de votre réaction à son retour à la maison. Résultat ? À la question “comment s’est passée ta journée ?”, il répondra “très bien” et filera dans sa chambre. S’il s’agit plus ici d’un mensonge par omission que d’un mensonge direct. Le but est le même : dissimuler une vérité pour ne pas en assumer les conséquences

Pour attirer l’attention et l’approbation 

Les enfants qui manquent de confiance en eux peuvent avoir tendance à mentir pour attirer l’attention, voire l’admiration. Le petit invente ses fabuleuses vacances en Afrique du Sud où il aura vu lions et crocodiles, ou il raconte que son papa est président de la République. Ce genre de mensonge évolue avec l’âge : ils deviennent plus subtils quand les enfants grandissent, mais ils ont toujours le même but : se valoriser, attirer la sympathie ou la jalousie des autres. 

Pour éviter une vérité trop dure à dire 

Les parents apprennent à mentir à leurs enfants dès le plus jeune âge. C’est ce qu’on appelle les “mensonges blancs”. Ils permettent de bien vivre en société. Par exemple, vous avez déjà dû expliquer à votre petit de 4 ans qu’on ne dit pas à la dame qu’elle est moche ou au monsieur qu’il est gros. 

Les enfants comprennent alors que certaines vérités ne sont pas faites pour être dites. Ce ne sont pas réellement des mensonges, plutôt des conventions tacites de silence. Mais le même mécanisme joue lorsqu’une vérité risque de le blesser lui-même ou d’attrister son entourage. Par exemple, un enfant harcelé scolairement peut décider de mentir pour ne pas faire de la peine à ses parents. Un petit dont la famille est en grande difficulté financière peut préférer mentir à ses camarades par honte ou parce que cette vérité est trop douloureuse pour lui. 

Pour le plaisir de l’imagination 

Pour certains enfants, le mensonge est une sorte de jeu (l’ami imaginaire en est la première illustration). Ils aiment raconter des histoires, voir si on va les croire, tester aussi un nouveau comportement et observer les réactions de leur entourage. D’autres veulent aussi se donner le frisson du mensonge : comment vais-je ressentir le fait d’avoir menti ? Est-ce que je me sens coupable ? Le mensonge leur sert à tester leurs limites.

 

Comment réagir face à un enfant qui ment ? 

Il y a différentes réactions à adopter face aux mensonges de votre enfant et elles dépendent du type de mensonge. Pour les plus “simples” : ceux destinés à attirer l’attention ou encore ceux ayant trait à l’imagination, le mieux est de les ignorer. En effet, les mensonges “ludiques” ne portent pas à mal, ils font parti de l’univers de jeu et de découverte de votre petit. 

Quant à ceux qui ont pour but d’attirer l’attention, ils doivent justement être ignorés pour ne pas que votre enfant obtienne ce qu’il cherche depuis le départ : une réaction qu’elle soit positive ou négative. 

Pour les mensonges plus graves, comme ceux qui travestissent la réalité pour éviter de se faire punir par exemple, une légère réprimande est à envisager. Mettez votre enfant qui ment face à son mensonge : “Ah tu as passé une bonne journée ? Pourquoi alors une punition est-elle mentionnée sur ton carnet de liaison ?”. Généralement, les enfants ont honte d’être pris en flagrant délit, surtout quand ils sont calmement mis face à leur image d’enfant menteur. Cela peut suffire à les dissuader de recommencer. 

homme en train de discuter avec sa fille

Enfin, pour les mensonges qui concernent des réalités difficiles à dire, c’est plus compliqué. Si votre petit ment pour cacher une réalité douloureuse, le disputer est inutile. Essayez plutôt de le pousser à la vérité en lui expliquant les problèmes qu’impliquent les mensonges et les bienfaits de la vérité. Par exemple : 

- un mensonge peut entraîner d’autres mensonges et envenimer une situation 

- faute avouée à moitié pardonnée 

- assumer ses actes est courageux

- il n’a pas à avoir honte de ce qu’il est ou de ce qu’il fait, tant qu’il ne fait de mal à personne

- s’il ne veut pas parler de quelque chose, il peut détourner la conversation ou relancer son interlocuteur pour éviter d’avoir à parler de lui-même

 

Picto enfant livre pinocchio

Bon à savoir

De nombreux livres pour enfants parlent des mensonges et ont pour but de montrer aux petits que mentir c’est mal. Par exemple dans la série Max et Lili adopte le point de vue des enfants dans l’épisode “Max raconte des bobards”. Ici les conséquences et les causes des mensonges sont abordés de manière à ce que les jeunes comprennent finalement leurs inutilités. 


Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire face à enfant qui ment ? 

Voici deux réactions qu’il ne faut pas avoir face à votre enfant qui ment car elles risqueraient de le pousser à mentir encore plus : 

- Si vous connaissez la vérité, ne jouez pas avec lui. Allez droit au but et dites-lui tout de suite que vous savez ce qu’il en est. 

- Ne le traitez pas systématiquement de menteur. Même si vous savez que votre enfant a tendance à enjoliver la réalité (et lorsque ce n’est pas trop grave) ne lui collez pas l’étiquette de menteur sur le front. Il risquerait de ne plus avoir confiance en votre capacité à le croire en cas de véritables problèmes et pourrait du coup s’enfermer dans le silence ou le déni. Le dialogue et la compréhension restent les meilleures solutions.

Partager cet article
ASSURANCE SCOLAIRE ET EXTRA-SCOLAIRE

15€ par an et par enfant, Carrefour Assurance couvre votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires.

Je découvre !
Assurance scolaire
Assurance Scolaire

Assurez votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires en quelques clics pour 15€ par an et par enfant !

En savoir plus

Cela pourrait vous intéresser