Sécurité à la récréation : mon enfant est-il bien protégé ?

Par Carrefour Assurance | 30 Octobre 2020

Lunettes cassées, petites blessures, chute… les accidents arrivent vite dans la cour de récréation. En tant que parent, cela a de quoi vous inquiéter. Rassurez-vous cependant : la sécurité à la récréation est assurée par le personnel de l'établissement, avec l’application de plusieurs règles strictes. Faisons le point. 

Quelles sont les bienfaits de la récréation ? 

Même si elle vous inquiète, la récréation est un moment indispensable des journées de votre enfant. Ses bienfaits ne sont, en effet, plus à prouver. Elle aide, par exemple, les enfants à mieux se concentrer en classe en leur accordant des pauses entre les cours. Sans compter qu’elle favorise les interactions sociales entre les élèves, et les aide à être plus empathiques. 

école

 

Quelles sont les règles de surveillance des récréations ? 

Aussi essentielle qu’elle soit, la récréation pose d’innombrables questions en matière de sécurité. En premier : qui surveille votre enfant en dehors de la classe ? Dans le droit, c’est le directeur d’établissement qui a en charge d’organiser les règles de surveillance des récréations. C’est à lui ou elle d’affecter suffisamment de surveillants (enseignants ou personnel extérieur) pour surveiller les enfants durant la récréation. Le directeur établit ainsi un roulement pour que les enseignants se relaient et veillent à la sécurité de la récréation. Charge à eux de détecter, autant que possible, les situations de harcèlement scolaire, notamment.

La règle fixée par l’Éducation nationale est simple : aucun enfant ne doit être laissé seul et sans surveillance, quel que soit le moment de la journée. Dès qu’un élève entre dans l’école, il est sous la responsabilité de l’institution scolaire, qui doit assurer sa surveillance pour éviter les accidents, durant toutes les activités.

 

Picto cours de récré

Bon à savoir

À l’école élémentaire, près de 80 % des accidents surviennent au moment de la récréation, selon l’Observatoire national de la sécurité des établissements scolaires et d’enseignement supérieur. Cette statistique passe à 52 % pour le collège. Pour les parents, souscrire à une bonne assurance scolaire et extrascolaire se révèle donc essentiel afin de protéger les enfants, particulièrement dans la cour de récréation. 


Qui s’assure que le matériel de la cour de récréation est sécurisé ? 

La surveillance des élèves est à la charge de l’école, mais le matériel dépend, quant à lui, de la mairie, qui est propriétaire des lieux. Le directeur de l’établissement, de son côté, doit signaler à la municipalité si certaines installations ne sont pas sécurisées, et en fermer l’accès aux enfants : toboggan cassé, cage de football instable, etc. Il doit aussi vérifier qu’aucun objet dangereux n’est laissé à disposition des enfants, par exemple en cas de travaux dans la cour de récréation. La sécurité à la récréation est à ce prix.

 

Quelle procédure en cas de problème de sécurité à la récréation ?

Si, malgré toutes les précautions des professeurs des écoles, votre enfant est victime d’un accident, pas de panique. La procédure est très claire. L’école doit rédiger un rapport d’accident transmis à l’académie. De votre côté, vous devez prévenir votre assurance scolaire pour être remboursé des éventuels frais médicaux, par exemple. Si un autre enfant est responsable de l’accident, c’est sa garantie responsabilité civile qui vous indemnisera. Si c’est une négligence de l’école ou d’un enseignant, en revanche, vous pouvez entamer une action en justice pour être indemnisé. Dans ce cas, c’est la responsabilité de l’État qui sera mise en jeu. 

En cas d’urgence médicale dans la cour d’école, au collège ou au lycée, le protocole est le même sur tout le territoire. Les professeurs doivent soit appeler le SAMU, soit contacter un numéro d’urgence dédié pour qu’un médecin régulateur juge de la situation et assiste le maître ou le directeur à distance, grâce aux trousses de secours obligatoirement présentes dans chaque établissement. 

Partager cet article

Cela pourrait vous intéresser