Votre enfant pleure après un petit bobo : comment calmer la situation ?

Votre bout de chou est tombé et s’est égratigné le genou : un petit bobo sans gravité pour vous, et pourtant, il éclate en sanglots et pleure à chaudes larmes. De votre côté, comment réagir pour éviter cette exagération ? Il faudra trouver le juste milieu pour ne pas dramatiser tout en prenant en compte sa douleur. 

Caprice ou besoin : pourquoi votre enfant pleure ? 

Enfant pleure

Lorsque votre enfant tombe et fond en larmes, il n’est pas toujours évident pour vous de faire la part des choses et d’évaluer la gravité de la situation. Lui seul connaît la véritable intensité de sa douleur ! Mais ses larmes cachent dans tous les cas quelque chose de plus profond : il demande votre attention. Pleurer est sa manière de s’exprimer, et il a sûrement dû remarquer que c’était un moyen efficace pour que l’on s’intéresse à lui. 

Les pleurs ne sont donc pas uniquement liés à la douleur, mais aussi à un besoin d’être rassuré. N’adoptez pas la fâcheuse manie de lui demander d’arrêter de pleurer : votre rôle est d’essayer de comprendre l’origine de ses larmes et d’agir en conséquence. 

Partez du principe que, si votre petit pleure, c’est pour manifester un sentiment (colère, humiliation, peur…). Les crises se transforment en caprices à partir du moment où vous n’apportez pas la bonne réponse, soit en l’ignorant, soit en exagérant à votre tour votre réaction.

 

Les conseils pour calmer son enfant 

En cas de chute, vous aurez certainement le réflexe de vous précipiter vers lui pour le prendre dans vos bras, ou bien au contraire de l’ignorer en pensant bien faire pour éviter la crise.

 

Dramatiser lors d’un bobo : une mauvaise idée 

Si vous communiquez votre inquiétude à votre enfant en courant vers lui au moindre bobo, vous l’incitez à exagérer encore plus la prochaine fois. Il saura alors qu’en pleurant, il arrive à attirer l’attention sur lui. 

Nier sa douleur : une frustration pour l’enfant 

« Ce n’est rien du tout ». Cette petite phrase anodine que les parents ont tendance à dire à un enfant après une égratignure est en réalité terriblement frustrante pour lui. À son échelle, il souffre et a besoin que sa douleur soit entendue et comprise

Prendre en compte sa souffrance à sa juste valeur 

La meilleure attitude à adopter est de tenir compte de sa douleur, tout en restant très calme. 

  • Rassurer : essayez de lui dire « Je sais que ça fait mal, mais ne t’en fais pas, ça va passer. » ou encore « Ne t’inquiète pas, je vais te soigner, tu es courageux. ». Le tout, dans le plus grand calme, afin d’apaiser votre enfant et de le rassurer.  
  • Communiquer : si votre petit est en âge de parler, invitez-le à formuler ses sentiments avec des mots plutôt qu’avec des pleurs. Expliquez-lui que s’il a envie d’un bisou ou d’un câlin, il suffit de venir vers vous et de vous le demander calmement. 
  • Mettre en place un petit rituel : le bisou magique est un grand classique pour calmer les petits maux, que vous pouvez proposer à votre enfant après avoir recueilli ses explications sur ses pleurs.
  • Détourner : pour calmer les pleurs qui s’éternisent, essayez de détourner son attention avec un jouet, par exemple. 
Picto médecin


L’astuce en plus 
 
Après avoir soigné son bobo, si malgré toutes vos tentatives votre enfant ne parvient pas à se calmer et que les larmes continuent dans le temps, n’hésitez pas à consulter un médecin qui pourra vous rassurer sur la blessure en question. Les pleurs peuvent devenir inquiétants lorsqu’ils sont prolongés sans raison apparente. 

 


Mère regarde son fils pleurer

Bien gérer la situation en tant que parent 

Voir son enfant pleurer n’est jamais facile et vous brise souvent le cœur. Mais il faudra prendre sur vous, et adopter les bons réflexes pour éviter qu’il ne tombe sans cesse dans l’exagération. Plutôt que de réagir impulsivement, soyez dans l’analyse, et cherchez systématiquement à comprendre votre bout de chou, sans minimiser ses sentiments et sans excès. Ce bon dosage vous permettra de régler plus facilement et plus rapidement les crises de larmes, et surtout, d’éviter qu’elles ne se répètent. Les enfants sont de vraies éponges à émotions : à vous de communiquer le bon message, et d’adopter une attitude posée et sereine pour endiguer les pleurs. 

 

Carrefour Assurance pour tous les accidents de la vie 

Pour les incidents plus sérieux, que ce soit chez vous, à l’école ou en vacances, le bisou magique ne suffit pas : il vous faut une bonne assurance. Nous vous proposons une assurance scolaire et extrascolaire pour prendre en charge et protéger votre enfant n’importe où, n’importe quand. 
 

Partager cet article
ASSURANCE HABITATION

Protégez votre logement avec une formule adaptée à vos besoins et seulement à partir de 6,53 €/mois ! 

Je découvre !
Assurance scolaire
Assurance Scolaire

Assurez votre enfant lors de ses activités scolaires et extrascolaires en quelques clics et à petit prix !

En savoir plus