Tout savoir sur les chenilles processionnaires, l’ennemi juré des chiens

chenilles processionnaires
Par Carrefour Assurance | 01 Juin 2021

Les chenilles processionnaires se baladent en groupe au printemps et elles possèdent sur leur dos un poil particulièrement urticant. Si votre chien a le malheur d’entrer en contact avec elles, les conséquences peuvent aller d’une simple irritation à une réaction allergique grave et, dans certains cas, une nécrose. Alors, dès que les beaux jours arrivent, ouvrez bien les yeux, afin de surveiller où votre chien met ses pattes et sa truffe. Le danger se cache dans les hautes herbes !

Qu’est-ce que les chenilles processionnaires du pin ? 

Les chenilles processionnaires du pin portent bien leur nom puisqu’elles ont la particularité de se déplacer en file indienne (ou en procession). Elles s’installent sur les pins et sur les arbres possédant de la résine afin d’y fabriquer leur nid.

Ce dernier est facilement reconnaissable, car il forme une sorte de boule blanche semblable à du coton ou à de la soie. Les œufs y sont pondus dedans, et les larves y passent une grande partie de leur vie. Au printemps, les chenilles profitent de la période pour quitter leur nid et elles se dirigent ensemble sous terre afin d’entamer leur transformation en papillon (c’est la nymphose).

dressage chien

 

Pourquoi sont-elles dangereuses ? 

Les chenilles processionnaires possèdent une particularité qui les rend extrêmement dangereux pour les chiens. Afin de se protéger des prédateurs, ces chenilles sont dotées d’un poil très urticant. Il se détache facilement, et il peut générer des réactions allergiques plus ou moins graves pour ceux qui entrent en contact avec lui.

 

Quel est le risque pour un chien ?

C’est bien connu : les chiens mettent leur truffe partout. Ils vivent dans un monde d’odeurs et ils vont renifler tout ce qu’ils trouvent au cours de leurs balades. Malheureusement, s’ils tombent nez à nez avec des chenilles processionnaires, les conséquences peuvent parfois être dramatiques.

 

Picto chenille

 

Bon à savoir

Les chenilles processionnaires sont aussi dangereuses pour les humains. Si vous en trouvez, ne les touchez surtout pas ! L’effet de leur poil urticant sur votre organisme peut être le même que sur les chiens.


Une irritation

Le poil irritant des chenilles processionnaires se détache et pique votre animal, libérant par la même occasion une substance toxique. On parle d’envenimation. L’irritation provoquée par ces poils incite le chien à se lécher ce qui répand encore un peu plus ces poils urticants. 

Des petites lésions apparaissent alors. Cela concerne généralement : la peau, la langue, les yeux et même les bronches. 

Les symptômes d’un chien victime de chenilles processionnaires ressemblent à ceux d’un empoisonnement. On peut constater :

  • Un gonflement des babines,
  • Une salivation abondante,
  • Une toux,
  • Des vomissements,
  • Une inflammation des parties concernées (rougeurs).

Mais parfois, cela se révèle encore plus grave.

Une allergie 

Certains chiens font une réaction allergique et même un œdème de Quincke qui correspond à un gonflement très important de la peau et des muqueuses du visage pouvant aller jusqu’à empêcher la respiration. 

Autre risque, encore plus grave : le choc anaphylactique. Il s’agit d’une réaction allergique immédiate et violente pouvant entraîner la mort de l’animal.

Il est donc impératif de se rendre au plus vite chez son vétérinaire. N’oubliez pas qu’une assurance santé chien permet de couvrir une partie des frais d’hospitalisation de votre animal de compagnie

Une nécrose  

En plus des irritations et des réactions allergiques que peuvent provoquer les chenilles processionnaires, leur poil urticant peut aussi entraîner une nécrose des zones concernées. Les tissus atteints vont mourir et nécessiter une amputation. 

 

Quel traitement et que faire en cas de contact avec des chenilles processionnaires ?

 

Les premiers soins  

Si votre chien a léché des chenilles processionnaires, vous pouvez d’abord lui faire lécher un pot de glace à la vanille (pour limiter le gonflement) et lui rincer abondamment la bouche. Surtout ne frottez pas, vous risqueriez d’empirer la situation en cassant les poils urticants ! 

Vétérinaire

Ensuite, direction le vétérinaire afin de faire quelques examens.

Le traitement  

Il n’existe pas de traitement spécifique contre les chenilles processionnaires, mais plutôt de quoi éviter que l’état de votre animal se dégrade. 

Selon le diagnostic de votre vétérinaire, il pourra administrer des antibiotiques pour éviter une infection, des corticoïdes pour limiter l’inflammation, ainsi que des antihistaminiques pour limiter une potentielle réaction allergique.

 

La prévention 

Pour éviter que votre chien soit en contact avec des chenilles processionnaires, voici quelques conseils :

- Évitez les balades au printemps dans les forêts peuplées de pins. Si vous n’avez pas d’autre choix pour promener votre animal, repérez les lieux avant pour vérifier l’absence de nids.

- Installez des pièges sur les pins, au début de l’automne. À l’aide d’une collerette accrochée autour du tronc et dotée d’un sac en plastique, les chenilles se dirigeront vers le sac lors de la procession, et elles seront ainsi piégées. 

- Posez des nichoirs dans votre jardin. Les mésanges raffolent des chenilles processionnaires. Elles pourront donc vous en débarrasser naturellement.

- Prévenez votre mairie si vous apercevez des nids. Elle pourra prendre des mesures afin de les retirer.

Si cela ne suffit pas pour vous rassurer, vous pouvez mettre à votre chien une muselière de type Baskerville (muselière grillagée) lors de vos sorties au printemps. Bien que cette solution soit quelque peu radicale, elle limite le contact avec les chenilles processionnaires et évite des situations dramatiques. 

 

Quand consulter son vétérinaire ? 

Il n’y a pas à tergiverser, si votre animal a été en contact avec des chenilles processionnaires il est impératif de vous rendre au plus vite chez votre vétérinaire ! Il pourra ainsi administrer les premiers soins à votre animal et le garder en observation afin de s’assurer qu’il va bien.

Pour éviter toute déconvenue financière, il est préférable d’avoir souscrit dès le plus jeune âge de l’animal à une assurance santé chat chien. Les frais des soins vétérinaires pourront ainsi être pris en charge sans stress pour votre budget.

Partager cet article

Cela pourrait vous intéresser