Insémination artificielle du chien : principes et méthodes

Insémination artificielle du chien
Par Carrefour Assurance | 18 Mars 2021

L’insémination artificielle de la chienne est une bonne alternative pour avoir des chiots lorsque les chiens ne peuvent pas assurer une saillie naturelle. Éloignement géographique des reproducteurs, problème médical chez l’un des deux chiens… Il existe de nombreuses raisons qui peuvent vous faire opter pour cette méthode de reproduction assistée. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur l’insémination artificielle de la chienne. 

Qu’est-ce que l’insémination artificielle du chien ? 

 

Une technique de reproduction assistée

Chez le chien comme chez l’humain, l’insémination artificielle est une technique de reproduction assistée. Elle consiste à placer le sperme du chien dans le vagin ou l’utérus de la chienne pour la féconder. Avec cette méthode, il n’y a donc pas d’accouplement entre les chiens.

Une méthode efficace 

Le taux de réussite de l’insémination artificielle est généralement égal à une saillie naturelle ! La chienne a donc autant de chance d’être en gestation à la suite de cette reproduction assistée. Pour un chien présentant un âge avancé, cette technique apporte même de meilleurs résultats. 

Vétérinaire et chien

Attention toutefois, le résultat dépend de la méthode utilisée ! En effet, il existe plusieurs techniques d’insémination artificielle chez la chienne. Elles diffèrent selon le délai de conservation du sperme.  

 

Quels sont les différents types d’insémination artificielle chez la chienne ?

 

L’insémination en semence fraîche 

Cette technique utilise du sperme fraîchement prélevé, quelques minutes plus tôt, sur le mâle. Elle implique que les deux animaux soient présents au même moment dans la même pièce. En effet, la semence fraîche ne peut pas se conserver plus de 15 minutes dans cet état sans que les spermatozoïdes meurent. La présence de la femelle aide également à stimuler l’érection du mâle. 

L’insémination en semence réfrigérée 

Dans ce cas, le sperme prélevé est conservé au réfrigérateur à une température de 4 °C. La semence doit ensuite être utilisée dans les 2 à 4 jours qui suivent. Elle est donc privilégiée lorsque les deux reproducteurs sont un peu éloignés et qu’il est nécessaire d’envoyer la semence (France ou pays voisins). 

La semence réfrigérée présente toutefois un déficit de qualité par rapport à la semence fraîche. De plus, elle nécessite également un respect strict des consignes de réfrigération. 

Insémination en semence congelée 

La semence mâle est conservée au congélateur à une température de – 196 °C. Dans ce cas, les doses peuvent être conservées des années.  

Les résultats de ce type d’insémination sont moins bons que pour les deux techniques précédentes. Elle est donc principalement réalisée lorsque le mâle est très éloigné géographiquement (autre continent) ou lorsqu’un mâle est décédé. 

 

Pourquoi avoir recours à une insémination artificielle ? 

L’insémination artificielle chez le chien présente plusieurs intérêts. 

- Sanitaires. Les reproducteurs mâles et femelles n’ont pas besoin d’être en interaction pour que la chienne soit fécondée. Cela évite les transmissions de maladies, principalement entre des chiens d’élevages différents. 

- Génétiques. Pour le propriétaire d’un chien au patrimoine génétique intéressant, cela permet de multiplier les descendants, et de transmettre plus largement ses gènes. 

- Logistiques. Deux chiens géographiquement distants peuvent malgré tout faire une portée ensemble grâce à cette reproduction assistée (si la méthode d’insémination choisie est en semence réfrigérée ou congelée). 

- Médicaux. Des chiens présentant des problèmes médicaux peuvent malgré le handicap se reproduire grâce aux méthodes d’insémination artificielle. Parmi les raisons médicales nécessitant le recours à une reproduction assistée, il y a : le cas d’un chien qui souffre d’arthrose ou de dorsalgie ; un reproducteur qui n’a pas de libido ; un problème anatomique (vulve barrée) ; une affection de l’appareil génital (vaginite), etc. Par ailleurs, un accouplement naturel peut présenter un risque médical pour le chien. En effet, une séparation accidentelle avant la fin du coït peut entraîner une fracture de l’os pénien ou une déchirure vaginale. L’insémination est alors souvent rassurante pour le propriétaire.  

- Comportementaux. Certains individus peuvent être agressifs ou violents lors de la saillie et l’insémination artificielle réduit dans ce cas les risques de blessures. Enfin, certains chiens inexpérimentés ne savent tout simplement pas saillir. 

 

Picto chien ordonnance

L’astuce en plus

Pour vivre plus sereinement la saillie, la gestation et la mise-bas de votre chienne ou pour faire face à d’éventuels problèmes médicaux, vous pouvez souscrire à une assurance santé chien. Elle permet de mieux protéger votre animal en cas de soucis et prend en charge une partie de certains frais vétérinaires !


Comment se déroule l’insémination artificielle chez la chienne ? 

 

Déterminer le jour de l’ovulation chez la chienne 

Pour fonctionner, l’insémination artificielle doit avoir lieu au moment de la période d’ovulation. Il est donc nécessaire de déterminer précisément le jour de l’ovulation de la chienne grâce au suivi de ses chaleurs.

Durant la phase d’œstrus, lorsque la femelle ovule et peut être fécondée, votre vétérinaire peut réaliser des frottis vaginaux et des prélèvements mesurant le taux de progestérone dans le sang afin de déterminer le jour idéal de l’insémination. 

Ensuite, l’insémination en elle-même se déroule en deux étapes.  

chiot vétérinaire

Étape 1 : prélèvement de la semence 

La semence mâle (les spermatozoïdes) est prélevée directement sur le chien à l’aide d’un cône de récolte et d’un tube stérile. Le tube est ensuite placé dans un bain-marie puis la qualité de la semence est contrôlée et le sperme est dilué. Ces étapes doivent être rapides puisque la semence fraîche a un délai de conservation très limité.

Ensuite, la préparation finale de la semence dépend du type d’insémination utilisée :

  • Fraîche : utilisée les quelques minutes qui suivent le prélèvement
  • Réfrigérée : placée au réfrigérateur quelques jours 
  • Congelée : placée au congélateur sans limites de temps 

Étape 2. Insémination de la chienne 

L’objectif est d’utiliser la semence mâle pour inséminer la chienne. Le déroulement de cette étape dépend du type d’insémination choisie. 

En semence fraîche 

Quelques minutes après avoir été prélevée, la semence est déposée dans l’appareil reproducteur de la chienne. Elle est soit déposée dans le vagin, soit dans l’utérus de la chienne :

- L’insémination intra-utérine : les résultats sont souvent meilleurs. Toutefois, cette méthode nécessite des gestes de spécialistes et une technique plus complexe. Elle est privilégiée lorsque la semence mâle est de mauvaise qualité. 

- L’insémination vaginale : cette méthode est nettement plus simple. C’est le choix qui est fait lorsque l’éleveur veut pratiquer lui-même l’insémination. 

 

La chienne peut être inséminée une deuxième fois, 24h après la première, afin d’augmenter les chances de gestation. Par ailleurs, les pattes arrière de la femelle peuvent être surélevées durant 10 minutes après la fin de l’insémination afin d’augmenter les chances de réussite.

 

En semence réfrigérée et en semence congelée 

Si l’éleveur fait le choix d’une insémination en semence réfrigérée ou congelée, la chienne est forcément inséminée par la méthode intra-utérine. L’éleveur ne peut donc pas réaliser lui-même ces gestes. 

Dans le cas d’une semence réfrigérée, celle-ci doit être réchauffée à 37 °C avant d’être utilisée. La semence congelée est, quant à elle, congelée avec de l’azote liquide

 

Vers qui se tourner pour réaliser cet acte ? 

Cela dépend du type d’insémination que vous souhaitez pour votre chienne ! 

L’insémination intravaginale en semence fraîche est une méthode relativement simple. Dès lors, un éleveur formé peut la réaliser lui-même s’il est propriétaire du couple reproducteur. 

Les autres méthodes d’insémination nécessitent quant à elles des compétences techniques et du matériel complexe. Dès lors, il faut systématiquement se tourner vers un spécialiste pour réaliser ces actes. Les inséminations en semence réfrigérée ou congelée doivent impérativement être réalisées par un vétérinaire agréé par la Société Centrale Canine. Celui-ci doit avoir suivi une formation à ces techniques d’insémination plus complexes.

 

Picto vétérinaire

L’avis du véto 

“Seules les banques de semence agréées (comme l’École Vétérinaire de Maisons-Alfort) et les vétérinaires ayant obtenu le diplôme d’inséminateur canin sont habilités à utiliser les méthodes d’insémination à semence congelée. L’utilisation d’une semence étrangère implique de passer par une banque à semence française afin de l’importer en France. Ces structures et les méthodes d’insémination à semence congelée ont pour but principal l’amélioration génétique des races. Par ailleurs, elles apportent également des garanties sanitaires importantes (recherche de maladie).”

Dr Cédric Vermetti


Quel est le tarif d’une insémination artificielle ? 

Le tarif d’une insémination artificielle dépend de la clinique et de la technique que vous choisissez. Pour une insémination en semence fraîche, comptez une centaine d’euros (incluant souvent deux inséminations). Les autres techniques nécessitent du matériel onéreux (sonde, vidéo-vaginoscopie, etc.) et les prix de l’insémination sont donc beaucoup plus importants. 

Ces indications ne tiennent pas compte du prix de la semence. Ce dernier peut être très variable en fonction de la race et du pedigree de l’animal. Enfin, il n’implique pas non plus le prix du prélèvement de la semence ni celui des examens parallèles (suivis préalables et post-intervention). 

Partager cet article
Assurance Santé Chien Chat
Assurance Santé Chien Chat

Faites-vous rembourser vos frais vétérinaires grâce à l'assurance santé Chien Chat !

En savoir plus

Cela pourrait vous intéresser