Les vers chez le chat : un danger pour l’animal et pour ses maîtres

vers chez le chat
Par Carrefour Assurance | 26 Février 2021

Tous les propriétaires ont déjà entendu parler de l’importance de la vermifugation, afin de se débarrasser des vers chez le chat. Ces parasites internes, communs chez les carnivores domestiques, peuvent présenter des risques sanitaires importants pour la santé de nos animaux, mais aussi pour la nôtre. Il est donc indispensable de connaître les mesures préventives, ainsi que la manière de réagir lorsque votre chat est infesté. 

Qu’est-ce que sont les vers chez le chat ? 

De nombreux vers peuvent infester votre chat. Ce sont des endoparasites, également appelés parasites internes. Cela veut dire qu’ils vivent à l’intérieur du corps du chat, à ses dépens, puisqu’ils survivent en se nourrissant des nutriments consommés par l’animal. 

Les principaux vers pouvant parasiter le chat sont des vers digestifs, qui vivent dans le tube digestif de nos félins. Il en existe de plusieurs types, dont :

  • Les vers plats aussi appelés cestodes : les dipylidium, et autres ténias.
  • Les vers ronds appelés nématodes : les ascaris et les ankylostomes.

 

Musique sur la route

Bon à savoir

Le tube digestif du chat n’est pas le seul lieu pouvant être infesté par les vers. Il existe également des vers pulmonaires (exemple : aelurostrongylus abstrusus) ou encore des vers du cœur (exemple : dirofilaria immitis). Ces infestations restent toutefois plus rares chez les chats domestiques.


Quelles sont les caractéristiques des principaux vers chez le chat ? 

 

Le vers solitaire du chat : le dipylidium 

Ce vers est le vers plat le plus fréquemment rencontré chez les chats. Il présente une couleur blanchâtre, et il vit dans l’intestin en se nourrissant du contenu digestif. Il mesure environ cinquante centimètres au stade adulte. 

La puce est à l’origine de l’infestation du chat puisque c’est elle qui est parasitée en premier lieu. Le chat s’infeste ensuite en ingérant les puces contaminées lors de sa toilette. 

Une fois la larve ingérée, elle se transforme en adulte dans l’intestin de l’animal où le vers peut ensuite se reproduire. En effet, la particularité du vers solitaire est de pouvoir se reproduire seul, les segments terminaux de son corps segmenté, contenant les œufs, se décrochent et sont expulsés via les selles du chat. Ensuite les œufs peuvent parasiter de nouvelles larves de puces, et le cycle d’infestation se poursuit. 

Les ascaris 

Les ascaris sont des vers ronds, ressemblant à des spaghettis. Ils sont particulièrement fréquents chez les chats. Ces ascaris sont de couleur blanche, et ils mesurent environ cinq à dix centimètres. Les adultes vivent dans le tube digestif de nos animaux où ils se nourrissent du contenu digestif, mais également d’acides aminés, de vitamines ou encore d’oligo-éléments. 

Les œufs des ascaris sont expulsés via les selles des chats et vivent alors dans l’environnement extérieur. Dès lors, c’est via le milieu extérieur que les chats se contaminent, en ingérant ou en léchant des objets ou matières souillés par d’autres animaux contaminés. 

Une fois ingérés, les œufs se transforment en larves et ces dernières peuvent migrer dans différents tissus et organes du chat (les muscles, les poumons, le cœur, etc.). Une fois arrivés au stade adulte, les vers retournent dans l’intestin du chat pour se nourrir, et pour se reproduire. 

 

Picto chatte

 

Bon à savoir

Chez les chattes gestantes, les larves peuvent contaminer le fœtus en traversant la barrière placentaire. Mais ces parasites peuvent également contaminer les chatons après la naissance, notamment lors de l’allaitement


Les ankylostomes 

Moins répandus, les ankylostomes peuvent également infester les chats, principalement ceux qui chassent régulièrement. Ces derniers se contaminent, en effet, en consommant de la viande crue, issue de proies elles-mêmes infestées. 

Le vers adulte est rond. Il présente une couleur rouge, et mesure environ 2 centimètres. Ce vers migre dans l’intestin grêle de nos félins, et il s’accroche à ses parois afin de se nourrir de son sang. Il peut provoquer alors une forte anémie, un manque de globule rouge qui entraîne notamment une grande fatigue. 

 

Les vers du chat sont-ils dangereux ?

Câlin chat

Oui, les vers peuvent représenter un danger à la fois pour le chat, mais également pour son maître et pour son foyer ! En effet, une majorité des vers pouvant parasiter nos félins sont également transmissibles à l’homme. Ils peuvent même être responsables de maladies. On parle alors de zoonoses. 

Chez l’humain : 

- Les larves d’ascaris peuvent contaminer l’humain, et entraîner une maladie : la toxocarose. Elle peut provoquer des lésions dans le foie, la rétine, le cœur ou encore dans les poumons. Cette maladie peut être grave et irréversible notamment chez l’enfant. De la même manière que le chat, l’homme peut s’infecter en consommant des végétaux souillés par des œufs d’ascaris, ou en côtoyant des environnements à risque.

- Le dipylidium peut infester l’intestin humain sans pour autant provoquer des symptômes importants (mal au ventre, perte d’appétit, démangeaisons anales). L’hôte humain peut être contaminé en avalant une puce infectée par le dipylidium ou encore, en se laissant lécher le visage par son chat. 

- L’ankylostome peut également contaminer l’humain et être responsable d’une maladie, appelée ankylostomose. Cette affection peut alors provoquer des lésions cutanées, des troubles digestifs, ou encore une gêne respiratoire. 

 

Picto vétérinaire

 L’avis du véto

“Les chats peuvent être infestés par des vers tout en étant porteurs sains, c’est-à-dire qu’ils ne déclenchent pas de maladies, et qu’ils ne manifestent aucun symptôme. Ils peuvent toutefois transmettre ces vers aux humains, hôtes chez lesquels l’infestation parasitaire peut avoir des conséquences mortelles. C’est par exemple le cas de l’échinococcose dont le chat peut être porteur sain, même si les infestations à l’échinocoque sont relativement rares chez les félins.” 

Dr Cédric Vermetti


Que faire si mon chat a des vers ? 

 

Repérez les signes d’une infestation parasitaire chez votre chat 

Il faut savoir que votre chat peut être très infesté sans présenter de symptômes évidents. Par ailleurs, les symptômes manifestés sont généralement peu caractéristiques d’une espèce de vers en particulier. Il peut donc être difficile de savoir quel est le parasite responsable de son infestation. 

De manière générale, un chat infesté présente les symptômes suivants : 

  • abattement général,
  • perte de poids,
  • problèmes digestifs (diarrhées, constipation, vomissements)
  • poils ternes.

Une infestation parasitaire peut aussi être repérée grâce à l’examen des selles de votre chat. Les œufs du dipylidium, par exemple, sont présents dans les excréments de votre chat. Ils ressemblent à de petits grains de riz.

 

 

Consultez rapidement votre vétérinaire 

Les infestations vermineuses majeures peuvent conduire à la mort de l’animal, principalement chez les jeunes individus. Si vous observez des symptômes caractéristiques chez votre chat ou si vous décelez la présence de parasites par l’observation de ses selles, vous devez rapidement consulter votre vétérinaire afin d’adopter un traitement antiparasitaire adapté. 

 


Comment prévenir l’apparition des vers et protéger mon chat et ma famille ? 

 

Luttez contre les puces ! 

Il existe plusieurs produits vétérinaires, sous forme de pipettes ou de spray, visant à éliminer les puces. N’oubliez pas que l’environnement de votre chat est également parasité ! Nettoyez donc régulièrement les zones où il a l’habitude de vivre : panier, litière, moquette, canapés, lits, draps, etc.

Adoptez une bonne hygiène ! 

Les mesures d’hygiène à mettre en place pour limiter les vers du chat sont nombreuses. 

  • Lavez vos mains régulièrement lorsque vous manipulez des objets que votre chat a l’habitude d’utiliser.
  • Lavez les ingrédients consommés : ils peuvent être souillés par des œufs de vers.
  • Interdisez à votre chat certaines zones où vos enfants ont l’habitude de passer du temps et de manipuler des objets : bacs à sable, aire de jeux. 
  • Éliminez régulièrement les selles de la litière.
  • Désinfectez les objets de votre chat et les zones qu’il a l’habitude de fréquenter.
  • Ne laissez pas votre chat lécher le visage des enfants.

Assurez votre chat ! 

Les infestations parasitaires chez le chat peuvent avoir des conséquences importantes sur leur santé et leur bien-être. Afin de faire face sereinement à ces complications, vous pouvez souscrire à une assurance santé chat qui permet notamment de prendre en charge une partie des frais vétérinaires. Selon la formule choisie, votre assurance peut même vous rembourser une partie des soins antiparasitaires.

Vermifugez votre animal !

La prévention la plus importante réside dans la vermifugation de nos animaux ! Il est alors indispensable de définir avec votre vétérinaire le protocole de vermifugation le plus efficace et le plus adapté à votre chat. 

 

Les vermifuges chez le chat : quelle action et à quelle fréquence ? 

Les vermifuges sont donc très importants pour déparasiter l’animal, et ainsi éviter des infestations majeures, tant pour votre animal que pour vous et votre famille. 

N’attendez surtout pas que votre chat manifeste des symptômes pouvant être liés à une infestation parasitaire pour le vermifuger. Les parasites peuvent souvent passer inaperçus chez le chat sans pour autant être inoffensifs pour vous ! 

Les vermifuges ont pour action de nettoyer l’organisme du chat lors de l’administration. Toutefois, ils n’ont pas d’actions sur du long terme, c’est la raison pour laquelle ils doivent être donnés régulièrement aux chats.

Le traitement doit cependant être adapté en fonction de plusieurs critères :

- L’âge du chat : les chatons sont fragiles, et ils doivent être protégés contre les risques parasitaires. Ils devront être vermifugés toutes les 2 semaines de l’âge de 15 jours à 2 mois, puis tous les mois de l’âge de 2 mois à 6 mois.

- Le mode de vie : un chat qui vit en extérieur est davantage exposé aux risques parasitaires, et il doit donc être vermifugé plus souvent (4 fois par an, tous les 3 mois) qu’un animal vivant en intérieur (2 fois par an). 

- Le statut physiologique : une chatte gestante doit suivre un programme de vermifugation particulier afin de ne pas contaminer ses chatons. Il faut alors la vermifuger 2 à 3 jours avant la saillie, ensuite 10 à 15 jours avant la mise bas puis enfin, 10 à 15 jours après la mise bas

Également, ayez le réflexe de vermifuger tout nouvel animal arrivant dans votre famille ou revenant d’un chenil. 

 

L’astuce en plus

Il existe des vermifuges naturels qui peuvent contribuer à prévenir l’apparition de certains parasites intestinaux. Attention, s’ils sont complémentaires des vermifuges vétérinaires, ils ne les remplacent pas ! Sachez également que certains remèdes de grand-mère peuvent s’avérer toxiques pour votre chat. Si vous voulez donner un vermifuge naturel, parlez-en à votre vétérinaire.

Partager cet article
Assurance Santé Chien Chat
Assurance Santé Chien Chat

Faites-vous rembourser vos frais vétérinaires grâce à l'assurance santé Chien Chat !

En savoir plus

Cela pourrait vous intéresser